AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Not a morning person - Corto & Will

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

A Propos de moi
Info sur moi :
Dispo RP :

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Bolero


Emploi : Agent d'entretien


MessageSujet: Not a morning person - Corto & Will Dim 4 Fév - 6:10


Le matin était le moment préféré de William, qui n'avait généralement pas à croiser ses colocataires, et pouvait profiter de la cuisine tranquillement, pour se préparer pour la journée. Il se réveillait donc de bonne humeur, et n'éprouvait même pas le désir de trainer sous la couette, avant d'aller prendre un bon café bien chaud qui finirait de le secouer complètement.
Ce matin-là, malheureusement pour lui, les serviettes encore mouillées qui trainaient dans la salle de bain auraient du lui donner un indice sur qui il allait trouver attablé dans la pièce commune : Corto Perez, grand séducteur des vacancières en mal d'exotisme.

    - Qu'est-ce que tu fais debout ? Grogna Will immédiatement à cette découverte, en sentant d'un coup son humeur descendre en flèche. T'es pas sorti hier soir ?


Question légitime, puisque le latino ne passait pas une nuit entière dans son lit, seul - ou du moins, c'était ce qu'il semblait à Will, trop casanier pour faire des demi-mesures lorsqu'il s'agissait de juger l'homme qui partageait malgré lui son bungalow.

    - Faut éteindre la cafetière quand toute l'eau a coulé, sinon ça l'abime, déclara pour la dixième fois le O'Malley, en appuyant sur le bouton, et constatant que la moitié de la poudre noire avait été versée à côté du filtre. Visiblement, Corto n'arrivait pas à ouvrir les yeux à cette heure-ci, ou bien il avait fait exprès de multiplier les maladresses pour énerver les utilisateurs suivants de la cuisine : en l'occurrence, et plus particulièrement, Will, qu'il avait du mal à supporter, et réciproquement. Et où est le jus... D'orange ?


Alors qu'il ouvrait le frigo et constatait sa disparition, la vue de la bouteille entamée devant le Perez le coupa en plein élan. Bien entendu, Corto avait du mal à respecter les règles de la communauté.

    - Ta danseuse fait la grasse mat', elle, ou elle t'a pas laissé la ramener, celle-là ? L'interrogea, ironique, William, en ne cachant nullement cette intonation dans sa voix.


Après tout, Corto ne faisait pas un secret de ses conquêtes, voir même le contraire, et il partageait allègrement les cris de plaisir et les conseils sexuels. Encore une fois, il avait suffit d'un pour que William se fasse une opinion, et catégorise le Perez à partir de ça, sans chercher à en savoir plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

A Propos de moi
Info sur moi :
Dispo RP :

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Rumba


Emploi : danseur, prof de danse et chanteur


MessageSujet: Re: Not a morning person - Corto & Will Dim 4 Fév - 15:35



“Qui veille la nuit, se réjouit le matin.”



Not a morning person. Will & Corto
Le jour se lève et si certains se lèvent, pour moi ça va être l’heure d’aller se coucher. Mais pas le ventre vide. Surtout après une nuit aussi torride ! J’ai tellement de choix ici entre les touristes et le personnel que j’ai l’embarras du choix. Il y a celles qui sont fans, même certaines qui viennent exprès sur l’île pour m’approcher, et celles qui sont juste folles de mon corps. Et de ma belle gueule. Parce que j’ai beau avoir 40 piges, je suis super bien conservé. Bien mieux que certains minets. Si vous ajoutez à cela mon déhanché et ma voix envoutante, comment voulez-vous qu’elles résistent ? Y’a même des mecs qui me veulent mais ça ne m’a jamais tenté.
Je suis sorti de mes pensées par un minet justement. Un gamin arrivé sur l’île ces dernières semaines, comme moi. Ah bon sang pourquoi je n’ai pas insisté pour un bungalow seul, déjà ? J’hausse un sourcil en l’écoutant me parler et s’exciter dans tous les sens. Il est sérieux ? Il croit que j’ai douze ans ou quoi ?

« Si, mama. »

Qu’est-ce que je m’en fou de sa cafetière. En plus tout le matériel est fourni par la boîte, pas comme si c’était à lui. Je le vois abandonner et ouvrir le frigo à la recherche du jus d’oranges. Je lui désigne avec le menton vu qu’il n’est pas dans le frigo mais devant moi. D’ailleurs je n’ai pas pris de café vu que je compte me coucher et que ça m’excite. Mais si ça lui fait plaisir de râler je ne vais pas lui gâcher ce plaisir.
Ma danseuse ? Je pense à Eva. Il pense que je me la tape ? Ah non, il doit parler de n’importe quelle fille avec qui je couche. Un sourire en coin étire mes lèvres.

« Elles sont encore dans mon lit. »

J’insiste bien sur le pluriel, juste pour l’emmerder.

« Je suis sûr qu’au moins une sera d’accord pour s’occuper de toi. T’as vraiment besoin d’te détendre, gamin. T’es trop jeune pour parler comme un vieux gilipollas. »

BY .SOULMATES


_________________
Vente pa'ca !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

A Propos de moi
Info sur moi :
Dispo RP :

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Bolero


Emploi : Agent d'entretien


MessageSujet: Re: Not a morning person - Corto & Will Lun 5 Fév - 0:58

William leva les yeux au ciel. Bien sur, il approuvait, se moquait, et finirait par refaire la même chose sans se préoccuper une seule seconde que ça pourrait déranger ceux qui partageait le matériel avec lui. Bien sur, on leur fournissait tout cela, mais le O'Malley le chérissait d'autant plus, et il n'y voyait pas une raison de le négliger, bien au contraire. Ce qui était certain, c'est qu'ils n'avaient pas le même sens des valeurs... Et pourtant, leur passé respectifs auraient surement pu les amener sur d'autres chemins que ces directions-là.

    - Ah parce qu'il y en a combien cette fois ? Réagit le jeune homme, impulsivement, avant de réaliser qu'au fond, il se moquait pas mal de la réponse. C'était juste... Pathétique. Quel vide Corto cherchait-il à combler en multipliant les partenaires ? On va bientôt plus avoir assez place... Tu vas être obligé de déménager pour pouvoir loger ton harem.


Si seulement ! Ils avaient au moins une chose sur laquelle ils étaient d'accord, et c'était celle-là. En s'installant à table, le O'Malley constata soudain qu'il avait mal jugé la situation : le Perez venait de rentrer, et non de se lever. Il allait se coucher... Finalement, cela faisait plus de sens que sa première hypothèse, et ne surprenait pas le jeune agent d'entretien plus que ça.
Il se servit un verre de jus d'orange, ramenant immédiatement la bouteille dans le frigo, comme un enfant bien élevé - ce qu'il n'avait pourtant jamais été.
Le café était un peu fort, et il n'avait pas besoin de s'énerver, mais il allait devoir faire avec. Quelques tartines de confiture ferait passer le tout, surtout, il fallait l'espérer, la présence de l'inopportun.

    - Et toi t'es trop vieux pour vivre encore dans des fantasmes d'ado, répliqua William en croquant dans le pain grillé. S'il y en a une qui retrouve sa lucidité, j'peux la raccompagner chez elle en partant au boulot dans un quart d'heure.


Pour être totalement honnête, Corto n'avait peut-être pas tord sur tous les points. Cela faisait trop longtemps que William n'avait pas eu de relations satisfaisantes sur le plan sexuel... Il se l'était plus ou moins interdit, pour se concentrer dans sa quête de la bonne. Cela faisait partie de ses résolutions pour devenir un nouvel homme. Néanmoins, il fallait avouer qu'une certaine pression à ce niveau le rendait parfois un peu tendu, d'autant plus qu'il était en plein dans une période de sa vie où son corps bourré de testostérones et stimulé constamment lui réclamait ce genre d'intimité.
Heureusement, il se félicitait de parvenir tout de même à garder ses principes moraux et à ne pas céder à ses pulsions comme son colocataire.

    - T'as pas envie de te poser, de fonder une famille ? Se risqua à demander William, principalement pour meubler le silence, car la réponse ne lui importait pas grandement. Tu sais que c'est possible de coucher avec une seule femme, régulièrement, et d'aimer ça aussi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

A Propos de moi
Info sur moi :
Dispo RP :

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Rumba


Emploi : danseur, prof de danse et chanteur


MessageSujet: Re: Not a morning person - Corto & Will Lun 5 Fév - 20:45



“Qui veille la nuit, se réjouit le matin.”



Not a morning person. Will & Corto
Combien ? Je souris en laissant planer le doute. Il me suggère que je vais devoir déménager avec mon harem, là je ris. En fait il est drôle ce gamin. Il me pète les cojones mais il sait me faire rire franchement, ce qui n’est pas donné à tout le monde. Je me force souvent pour donner le change. J’évolue dans le milieu musical, dans les hautes sphères, je côtoie des gros poissons et forcément, même si je me gêne rarement pour dire ce que je pense, je joue souvent l’hypocrite. Il y en a avec qui on n’a pas trop le choix. Je m’en sers aussi pour baiser. Parce que franchement, si je devais choper seulement les femmes qui ne m’agacent pas ou qui me font réellement rire, je pourrais me la mettre derrière l’oreille ! Je serais presque puceau ! Tiens, ça se trouve il l’est mon coloc maniaque. Je lui suggère d’ailleurs de s’envoyer en l’air parce qu’il va péter une durite le pauvre. Et là, je manque de m’étouffer avec mon jus d’oranges.

« Y’a pas d’âge pour le sexe, gamin ! »

Et il me prend pour un dinosaure ou quoi ? Je suis dans la fleur de l’âge, la deuxième vingtaine ! Et je suis en pleine forme ! Regardez-moi ce corps de rêve ! Je secoue la tête en levant les yeux au ciel. Il est taré en fait, voilà qu’il me parle de famille.

« Pourquoi une famille ? C’est obligatoire selon toi dans la vie ? »

J’ai souvent le droit à ces questions. La plupart des gens sont obnubilés par le soit disant bon ordre des choses : s’amuser, se poser, se marier, faire des gosses… Quelle angoisse ! Et moi père ? Je suis pas fichu de faire vivre une plante verte plus d’une semaine alors avoir un petit être qui dépendrait de moi toute la vie, non merci. Je ne suis pas fait pour ça. Je ne sais même plus ce que c’est que d’avoir une famille. Mes yeux se posent quelques secondes sur la cicatrice sur ma main, une brûlure et mon regard s’assombrit. J’ai vécu dans la misère toute mon enfance, j’avais des parents qui n’ont pas su s’arrêter de faire des gosses alors qu’ils n’avaient pas une thune, et en prime ils sont morts sans rien avoir prévu pour nous. J’ai fini dans la rue. Je ne suis pas le plus équilibré des hommes alors je n’irais pas imposer ça à un enfant.
Je lève les yeux vers Will et je souris. Je sens bien que sa vie n’a pas été rose, j’ai un radar à cas sociaux, et c’est triste qu’il se prive de vivre pour se prouver je ne sais quoi.

« Si c’est possible, tu attends quoi ? T’es mignon, y’en a forcément qui se bousculent pour ta petite gueule…. Oh, mais t’en as peut-être une en vue qui ne te regarde pas ? C’est quoi ta came, niño ? »

BY .SOULMATES


_________________
Vente pa'ca !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

A Propos de moi
Info sur moi :
Dispo RP :

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Bolero


Emploi : Agent d'entretien


MessageSujet: Re: Not a morning person - Corto & Will Mar 6 Fév - 3:35

Décidément, les réactions de Corto étaient souvent déplacées, voire incompréhensibles. Maintenant il se mettait à rire, et William soupira, en mordant une nouvelle fois dans sa tartine, laissant le goût sucré de sa confiture activer dans son cerveau les neurones de la douceur et de la compassion... Ou pas.
Après avoir failli tout perdre, pour toujours, le O'Malley avait du mal à considérer la vie avec autant de légèreté que son colocataire. Et il ne se forçait pas pour respecter ce code de l'honneur qu'il s'était instauré à lui-même : il avait le profond désir de ne jamais ressembler au célibataire endurci qui se tenait à sa table en se moquant de son avenir comme de garder un jus d'orange au frais.

    - J'ai pas dit qu'tu devrais arrêter le sexe... Quoique, un jour, tu vas peut-être t'apercevoir que ton corps t'impose des limites, bougonna William, persuadé désormais que le Perez n'entendait que ce qu'il voulait, et qu'il était inutile d'essayer de lui expliquer quoi que ce soit. Néanmoins, peut-être parce qu'il n'avait rien d'autre à faire entre deux bouchées de son petit déjeuner, le jeune agent d'entretien s'essayait à une explication vaine de sa façon de voir les choses. J'te préviens, m'appelle pas si tu restes coincé, tu te démerdes.


Au fond, il espérait presque que ça arrive. Un blocage du dos, dans une position trop acrobatique... Malheureusement, il était aussi persuadé qu'un danseur devait avoir une condition physique qui empêchait ce genre d'accident... Et il préférait tout simplement ne pas imaginer, vu ce que cela impliquait.

    - Avoir une vie de couple, c'est être plus souvent avec la personne, donc plus de moments d'intimité... Bref, j'vais pas t'apprendre ce genre d'évidence, on montre pas à un vieux singe comment faire la grimace, hein, poursuivit William, en haussant les épaules. Ce café était malheureusement trop chaud encore pour qu'il l'avale et file enfiler son uniforme de travail, avant que la conversation ne devienne trop lourde. C'est pas obligatoire d'avoir une famille... Ca ne l'est pas non plus de finir tout seul, parce que sa réputation aura repoussé tout espoir d'une véritable connexion enrichissante.


Il avait presque rajouté "comme un gros connard", mais le message lui paraissait assez clair ainsi, sous entendu. William savait que Corto ne se faisait aucune illusion sur son avis, et inversement. Pour William, qui n'avait jamais réellement connu de foyer, l'image d'une famille était sacrée, pleine d'espérances et d'une lumière salvatrice. Il voulait former ce lien inébranlable avec quelqu'un de confiance, pour qui il éprouverait l'envie de construire quelque chose de durable et toujours chaleureux.
Ses pensées s'envolèrent vers une rousse dont le sourire avec le don de créer ce genre de sentiment au fond de son être, sans pourtant lui avoir témoigné le moindre désir de s'engager avec lui dans cette voie.

    - J'suis pas pressé, c'est trop important pour prendre la décision de se poser avec n'importe qui... Grogna le O'Malley, touché malgré lui par l'accusation. Bien sur, il était concerné par le problème, Corto avait visé juste. Calliope n'était probablement pas intéressée, pour se rendre si inaccessible. Ma came, c'est celles qui s'enfuient dès qu'un mec comme toi s'approche, alors t'inquiète pas, j'empièterai jamais sur ton terrain de chasse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

A Propos de moi
Info sur moi :
Dispo RP :

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Rumba


Emploi : danseur, prof de danse et chanteur


MessageSujet: Re: Not a morning person - Corto & Will Jeu 8 Fév - 16:58



“Qui veille la nuit, se réjouit le matin.”



Not a morning person. Will & Corto
Mon corps qui m’impose des limites. Et comme si j’allais rester coincé ! Quelle blague ! Il me prend vraiment pour un papy sous pilules bleues J’ai plus de patate que la plupart des gamins de son âge. Ah ces mômes… Je l’écoute ensuite m’expliquer sa vision de la vie de couple. Qu’il est mignon. Je n’ai jamais été comme ça. Même petit. Et encore moins après avoir eu ma seule histoire suivie. La seule fois où j’ai tenté d’être normal et… une vraie cata !

« T’as jamais vécu avec une femme toi, ça s’entend. »


Il me fait rire. Même quand il me parle de réputation. Comme tout le monde, il pense que c’est ça qui me pousse à ne jamais me poser. Que je suis un serial baiseur qui se croit au lycée ou qui veut rester insaisissable pour faire fantasmer. Honnêtement, oui, il y a un peu de ça. J’aime plaire. Mais je ne suis pas George Clooney, je n’ai pas peur de vieillir et je ne vais pas me caser pour faire des gosses à un âge où je devrais être grand-père. Plutôt que de le lui expliquer je lui pose des questions sur lui. Je sens qu’il a une nana en vue et j’avoue que je suis un peu curieux.

« Ah ! Tu peux pas t’empêcher de me vanner, hein ? Sache que toutes les femmes peuvent craquer, il suffit de savoir appuyer sur le bon bouton. »


Je lui fais un clin d’œil. Combien de fois j’en ai entendu me dire que je n’étais pas leur style, que j’étais trop salop, blablabla. Au final, celles que je voulais vraiment je les ai eues.

« Mais ne t’inquiète pas, toi. Je ne suis pas fan des gamines. Si tu veux un conseil, tu peux me demander. »

Sourire moqueur, je prends une pomme sur la table et la croque à pleines dents.

« Corto ? Ven aquí. Estoy aburrido, cariño… »

« Ah. C’est sympa de discuter avec toi mais je crois bien qu’on m’attend. Viens si tu veux. »

Je me retiens de rire cette fois, ce qui est difficile quand on voit sa tête. Je l’aurais craché dans son yop ça serait pareil. Je me lève en laissant mon verre, exprès et je sors quelque chose de ma poche pour lui envoyer.

« Réflexe ! »

Je lui lance une capote.


BY .SOULMATES


_________________
Vente pa'ca !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

A Propos de moi
Info sur moi :
Dispo RP :

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Bolero


Emploi : Agent d'entretien


MessageSujet: Re: Not a morning person - Corto & Will Ven 9 Fév - 1:24

Pour une fois, Corto avait touché juste : William n'avait jamais vécu avec une femme plus de quelques jours par semaine, par intermittence... Et à un moment où la relation était encore à un niveau où le sexe présentait une bonne partie des activités de couple. Avec le temps, le désir avait peut-être tendance à s'épuiser... Le O'Malley, cependant, refusait de le croire. Non pas qu'il soit obsédé par la chose, et compte en faire sa priorité, mais il était persuadé que cela restait un des piliers d'une intimité et d'une complicité inébranlable, et il imaginait mal ne plus pouvoir séduire la femme qui partagerait sa vie assez pour qu'elle se livre à lui régulièrement et entretienne ainsi toujours leur connexion à tous les niveaux.
William haussa donc les épaules pour toutes réponses : il était inutile de discuter. Il était persuadé qu'il saura satisfaire ses espérances, et Corto avait l'air convaincu du contraire - le débat était vain.

    - Si tu l'dis... Concéda-t-il, sans lui donner le plaisir d'avoir l'air d'approuver réellement ses dires. C'était une façon polie de traduire "cause toujours tu m'intéresses", en version colocataire blasé. William se servit par la même occasion une autre tasse de café, comme si la conversation l'avait particulièrement endormi par sa lourdeur. J'pense pouvoir m'en sortir sans ton intervention, t'inquiète pas.


Si quelqu'un pouvait facilement trouver le bon bouton chez une femme, si il voulait en faire l'effort, c'était bien William... A force de trainer avec des individus louches, il avait appris à arborer le masque adapté à chaque circonstances, et à trouver un discours qui touchait ses interlocuteurs tout particulièrement, et personnellement. Il lui était devenu naturel de prendre une attitude qui plairait à la personne qu'il tentait d'allier à sa cause, lorsqu'il en éprouvait l'envie... Ce n'était pas spécialement une technique qu'il utilisait pour remplir son lit, mais la technique aurait surement portée ses fruits, associée à son physique plutôt agréable, et son expression d'adolescent sérieux, qui donnait confiance. Pourtant, à une époque, son comportement n'aurait pas pu être plus éloigné de ce dont témoignait son visage innocent.

    - Je passe mon tour, répondit-il à la proposition de son ainé, qui s'apprêtait à rejoindre la voix qui l'avait réclamé dans la chambre. Franchement, s'il avait déjà fait une tête surprise, voire choquée, en enregistrant cette suggestion, William s'était vite renfrogné, acceptant l'évidence que celui qui partageait son toit était vraiment un type de la pire espèce. Pas dans le genre de ceux qu'il avait côtoyé toute son enfance, et méritaient de finir en prison car ils mettaient l'humanité en danger... Non, le Perez était juste puant d'orgueil et de son manque de considération pour toutes sortes de valeurs morales dans un rayon purement domestique. Ah, putain...


Malgré lui, William venait d'attraper ce que Corto lui avait lancé, réagissant plus vite que ses pensées. La prison, sa vie passée pleine de tensions, et d'autres entrainements purement sportifs avaient imprimés chez le jeune homme des réponses immédiates aux stimulus extérieurs. Ses réflexes, en effet, fonctionnaient mieux que la plupart des gens qui n'avaient jamais connus ces conditions de risques constants.
Et rien que la façon dont il avait saisit le petit carré d'un geste vif révélait beaucoup plus sur lui que tous ses longs discours... Il évita donc de croiser le regard de Corto, ne tenant pas à savoir si celui-ci avait remarqué son mouvement furtif de défense, et lui donner une raison de vouloir en savoir plus.
Comme si de rien était, William jeta la capote loin de lui sur la table, d'un air dégoûté. Cela concluait parfaitement cette confrontation matinale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Hola, Mi nombre es
Contenu sponsorisé
half of my heart is in Havana




MessageSujet: Re: Not a morning person - Corto & Will

Revenir en haut Aller en bas

Not a morning person - Corto & Will

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Havana, ooh na-na :: 
Little Havana
 :: Employees Onlee :: Bungalows
-