AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Everybody wants to play with me - Alana & Marcus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Samba

Emploi : Héritier


MessageSujet: Everybody wants to play with me - Alana & Marcus Mar 8 Mai - 9:35


Le temps à Cuba était tout à fait accordé à l'humeur constante de Marcus : rayonnant, et propice aux sorties, à l'amusement. Il n'avait pas fallu longtemps au riche héritier pour se trouver des occupations, et des partenaires, depuis qu'il était arrivé dans le coin... D'un naturel particulièrement sociable, il attirait les rencontres sans le moindre effort, profitant insouciamment de son charme et réciproquant généreusement les attentions dont il était l'objet.
En quelques jours à peine, le Wicker avait donc constitué une joyeuse bande autour de lui, principalement composé de jeunes à son image : aux cartes bancaires gold, loin des soucis financiers, et prompt à exposer aux yeux des réseaux sociaux leurs vies trépidantes faites de confort permanent.

Bien entendu, la plage était le lieu privilégié de leur vacances, et ils y passaient le plus clair de leur temps à se pavaner, torse nu pour les hommes qui avaient préparé leur corps à travers de nombreuses heures de musculation, et en bikinis dernier cri pour leurs groupies qui les encourageaient à raison d'une demi pomme par jour, et de spray auto-bronzant.
Ebloui par le soleil, Marcus consulta une dernière fois les nouvelles qui s'affichait sur l'écran de son dernier IPhone, et soupira en voyant qu'il avait reçu un nouveau message d'Ashley, ce qui portait à 12 le nombre de SMS en attente de réponse de sa part, depuis quelques dizaines de minutes... Elle n'avait même pas mis de commentaires sur la photo qu'il avait posté sur instagram dans la matinée, ce qui signifiait clairement des ennuis en perspective... Le brun haussa les épaules imperceptiblement, et jeta le téléphone sur sa serviette de plage, en se promettant d'appeler sa mère dès qu'il aurait une minute. Elle devait s'inquiéter depuis qu'il lui avait donné des nouvelles au petit déjeuner... Parfois, il regrettait presque qu'elle ne soit pas là, pour pouvoir surveiller directement ses faits et gestes : Marcus n'avait rien à lui cacher, bien au contraire, et sa présence bienveillante (envers lui, toujours) lui manquait. Il savait néanmoins qu'il avait également besoin de prendre son indépendance, et de lui prouver qu'il pouvait se débrouiller sans son appui à la limite de l'étouffant.

    - Tu veux un peu de crème ? Proposa Joana, une des pimbêches décolorée qui le suivait comme son ombre depuis qu'ils s'étaient croisés dans le hall de l'hôtel. Je peux t'aider à l'étaler...
    - Non, ça va, je crois que ma peau s'est habituée au soleil maintenant... La repoussa gentiment le Wicker, en montrant son bras sombre, faisant rouler sa musculature par ce geste pourtant non calculé. Il n'était pas dupe des intentions de cette amie inopportune, mais il n'avait pas la sensation de les provoquer. Beach volley, bro ?


Ignorant totalement la demoiselle vexée par son refus, Marcus fit un clin d'œil à l'un de ses followers qui, lui, tentait un flirt plutôt agressif avec la copine de Joana. Le brun n'était pas du genre à gêner les stratagèmes des autres, mais il n'avait pas non plus l'intention de donner de faux espoirs, ni de s'ennuyer aux cotés d'une fille sur laquelle il n'avait aucunes vues - non pas qu'elle ne soit pas à son gout, mais pour peu que sa mère l'avait bien élevé, il se conformait à une fidélité forcée et parfois malheureuse envers la promise qu'on lui avait collé au bras.
Le match inégal n'avait pas commencé depuis plus de quelques minutes qu'une balle égarée vola plus loin sur le sable, obligeant Marcus à refreiner une grimace embarrassée : le projectile avait malencontreusement atteint le verre d'une demoiselle qui devait siroter tranquillement son cocktail jusque là, et qui venait de se retrouver couverte de liquide sucré par sa faute.

    - Désolé... S'excusa immédiatement Marcus en accourant, essoufflé par l'échauffement qu'il venait de faire sous la chaleur écrasante des rayons solaires de la Havane. Permettez... Je vous en offre un autre.


Il ramassa le ballon de volley, qu'il renvoya à son partenaire avec un signe explicatif. L'autre approuva d'un hochement de tête, satisfait de pouvoir retourner à ses occupations, qui le mènerait surement à de plaisantes conséquences dans la soirée.
Sincèrement ennuyé par sa maladresse, qui pourtant n'était pas rare chez lui, Marcus tendit la main à l'inconnue, pour l'aider à se lever.

    - Je crois qu'un petit nettoyage dans les vagues s'impose, déclara-t-il en montrant clairement son intention de l'accompagner. Sa mère aurait été fière : le Wicker se comportait toujours en gentleman. Je suis Marcus, au fait.


Etait-il utile de préciser son nom ? Sa belle gueule était assez populaire sur twitter pour que toutes les adolescentes un peu branchées le suivent avec envie... Il agrémenta cette présentation d'un sourire séducteur, qu'il arborait toujours sans vraiment y penser, et qui éliminerait surement les doutes de la demoiselle quand à son identité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

A Propos de moi
Info sur moi :
Dispo RP :

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Bachata

Emploi : Serveuse


MessageSujet: Re: Everybody wants to play with me - Alana & Marcus Mar 8 Mai - 12:50

Marcus & Alana
Aujourd’hui je ne travaillais pas et j’avais bien l’intention d’en profiter un peu. Quoique même quand j’étais au bar pour faire mon job, j’avais toujours un peu de temps pour souffler à la fin de la journée et même profiter de la plage. C’était une île plutôt tranquille et très touristique donc je savais que je pouvais me rendre à la plage à n’importe quelle heure sans craindre pour ma sécurité. Enfin, aujourd’hui je n’allais pas me rendre à la plage tard le soir car j’avais ma journée de libre et j’avais bien l’intention de profiter un peu ( et même beaucoup ) du soleil. 

J’avais enfilé un maillot de bain deux pièces simple mais confortable et au dessus une petite robe pour faire le chemin jusqu’à la plage qui était située à quelques centaines de mètres et là où j’habitais. J’étais très heureuse de pouvoir profiter de cette journée off et j’avais même embarqué dans mon sac un bouquin que j’avais bien l’intention de terminer. Une jolie romance entre un milliardaire et une héroïne qui n’avait rien. Certes, je savais que c’était cliché mais j’adoré me plonger dans ces contes de fées modernes où les héros avaient de la testostérone à revendre et les femmes à apprendre qu’elles pouvaient se débrouiller sans mâle dans le coin.

Sur la plage, j’installai rapidement ma serviette, je déposai mon sac à côté de moi et je sortis mon roman. Je me sentais heureuse, bien, comblée… Enfin bref, je savais que j’allais passer un chouette moment et que ça allait me faire du bien, me permettre de recharger les batteries avant une journée de boulot qui serait probablement chargée demain vu que nous serions samedi. 

Il y avait pas mal de touristes sur la plage mais c’était plutôt logique au vu de l’heure. Je n’étais pas la seule à vouloir profiter du soleil, du sable et de la mer. La plupart des vacanciers avaient fait des milliers de kilomètres pour arriver ici et ils étaient bien décidés à profiter de chaque seconde. Je les comprenais. C’était un petit paradis sur terre.

Au bout d’une petite heure, je décidai d’aller me chercher un petit cocktail de fruits, au bar , non loin de là où j’étais installée. J’en profitai aussi pour remettre de la crème solaire. J’adorai le soleil mais je n’avais pas non plus envie de ressembler à une écrevisse le soir même. Je venais de reprendre mon verre pour boire une gorgée quand je pris pratiquement un ballon sur moi. Enfin c’était plutôt ma main et le verre qui encaissa le choc sur ballon de volley ball. Ma boisson s’était renversée sur moi et cela n’était pas étonnant au vu de l’impact. J’avais sursauté et maintenant je lançai un regard noir autour de moi pour voir qui était le coupable. 

Non je n’étais pas une jeune femme aigrie… Je n’avais pas même 20 ans mais ce n’était pas super agréable d’être sorti de sa lecture ainsi. D’ailleurs, je fus rassurée en me rendant compte que mon livre n’avait rien. De plus, j’avais vraiment été surprise par cette rencontre impromptue avec ce ballon et j’avais sursauté comme une malade. En même temps je n’avais pas essayé d’être discrète. 

Un jeune homme ne tarda pas à venir vers moi pour s’excuser. Je sentis ma colère redescendre. Un accident comme celui-ci pouvait arriver. Le principal c’est qu’il s’était excusé. Je n’allais pas jouer ma rabat joie et puis il n’y avait pas de casse sauf le verre mais ce n’était rien de dramatique.

«  Pas de problème. Je devais être destinée à ne pas boire ce verre ».

Je souris. Il me proposa de m’offrir un nouveau verre pour se faire pardonner l’incident et je lui répondis que ce n’était pas la peine. L’homme me proposa ensuite d’aller me rincer et là j’avoue qu’il avait raison et qu’il fallait pas que je tarde à aller faire une petite baignade. J’avais l’impression de commencer à ressembler à un beignet géant en sentant le sucre coller sur ma poitrine et sur mon ventre.

«  Je crois que vous avez raison. Mon corps n’a pas encore décidé s’il préférait se transformer en marshmallow ou beignet géant…. Il y avait bien plus de sucre que je le pensai dans cette boisson. »

J’acceptai sa main et je me relevai.

« Enchantée Marcus, moi c’est Alana »

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Samba

Emploi : Héritier


MessageSujet: Re: Everybody wants to play with me - Alana & Marcus Mar 8 Mai - 16:40

La réflexion de la demoiselle fit sourire Marcus. Le destin pour un verre de cocktail renversé ? Cette déclaration et un coup d'œil à la couverture du livre qu'elle tenait pour passer l'après midi au soleil, surement, lui en disait plus sur elle qu'elle ne le pensait sans doute.
La blonde était une rêveuse... Surement pas le genre à passer son temps à faire des ragots sur instagram non plus, vu l'air naturel qu'elle affichait en le regardant, sans une seule étincelle de reconnaissance à son nom... Et pourtant, elle était assez jeune et jolie pour pouvoir s'afficher sur les réseaux sans avoir à en rougir.

    - Parfois les cocktails avec alcool sont même moins sucrés que ceux qui n'en ont pas... C'est comme ça qu'ils compensent et rendent les gens addict... Et que les vacanciers ne comprennent pas pourquoi ils prennent 10 kg en deux semaines en ne consommant que des liquides, renchérit Marcus qui était particulièrement intéressé par le sujet, qui risquait de nuire à sa parfaite silhouette. Il ne se refusait pas les plaisirs de la vie, mais il avait appris la modération... Ou les commandes de jus personnalisé à ses objectifs. Tu viens de devenir l'égérie de tous les insectes du coin qui ne pensent plus qu'à venir te lécher la peau...


Il éclata de rire en réalisant que cette théorie était pour le moins étrange, et pouvait facilement être interprétée d'une manière tordue, qu'il n'avait pas du tout intentée au moment où l'idée était sortie de sa bouche. En examinant la blonde avec un regard des plus neutre, il se demanda si elle était au moins majeure, pour ne pas que son absence de tact involontaire ne lui porte préjudice.
Le Butler haussa les épaules. Après tout, ce n'était qu'une plaisanterie, il n'était nullement en train de flirter ou d'insinuer une quelconque perversité volontaire - il n'avait d'ailleurs pas la tête de l'emploi, et subissait plus souvent la situation inverse.

    - Et bien Alana, je viens de te donner une parfaite excuse pour te baigner, et te sauver de l'obésité... Déclara le Butler, en prenant un ton particulièrement joueur. Je ne voudrais pas manquer de modestie, mais je cois que je peux m'autoproclamer ton héro du jour, finalement, tout dépend du point de vue !


Ce qu'il ne pensait pas, mais que tous les regards envieux des femmes qui les observaient hurlaient, c'était aussi qu'il lui offrait le plaisir jalousé de sa compagnie, que vieilles ou gamines informées auraient payé pour avoir.
Le jeune homme, galant, prit la peine de lui proposer sa main pour la conduire à l'eau, sans plus de plaisanteries... Il n'était pas lourd au point de la jeter à la mer sans son accord, malgré la température accueillante.

    - Tu fais quoi sinon ici, t'es en vacances avec tes parents ? Demanda-t-il, intrigué par son apparence d'adolescente et l'absence de superviseurs autour d'elle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

A Propos de moi
Info sur moi :
Dispo RP :

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Bachata

Emploi : Serveuse


MessageSujet: Re: Everybody wants to play with me - Alana & Marcus Mar 8 Mai - 17:10

Alana Wells
Marcus & Alana

J’étais sérieusement étonnée de me sentir collante comme ça alors j’avais juste renversé un verre sur moi. J’allais devoir passer rapidement par la case baignade pour me débarrasser de tout ce sucre sur moi car ce n’est pas du tout agréable. Je me sentais poisseuse et sale. Je n’étais pas le genre de nana qui faisait très attention à son apparence ou encore qui ne sortait pas sans maquillage mais là je n’allais pas pouvoir passer le reste de l’aprés-midi sans rien faire. De plus, je commençais à avoir sérieusement chaud donc une petite baignade serait rafraîchissante en plus de résoudre le problème  « mon ventre colle ».

Marcus - autant l’appeler par son prénom puisque c’était le sien et qu’il me l’avait donné - m’expliqua que les cocktails sans alcool étaient souvent plus sucrés que ceux avec pour rendre accro au sucre. C’est vrai, il avait raison et j’en savais quelque chose puisque je servais presque tous les jours ce type de boisson… Et avec la chaleur, les gens n’étaient pas réellement désaltérés et ils en recommandaient. C’était un jeu sans fin mais excellent pour les affaires du bar dans lequel je bossais.

«  Je vois que tu es bien renseigné sur la question et malheureusement tu as totalement raison. »

Il fallait donc mieux miser sur l’alcool? Oh mon dieu non pas à cette heure là de la journée et encore moins sous un soleil de plomb. Je n’étais pas quelqu’un qui tenait très bien l’alcool. En même temps, j’étais jeune et même si j’aimais la vie et aller à des fêtes, je savais être raisonnable et ne pas faire de bêtises. Je savais aussi très que quand j’en avais un coup de nez, je pouvais me montrer incontrôlable et accessoirement chiante pour mon entourage.

Quand Marcus m’expliqua que j’allais devenir l’égérie de tout les insectes du coin, je grimaçais avant de me mettre à rire. Une nouvelle fois, il avait raison et il était perspicace. Bon en même temps, heureusement, les insectes n’étaient pas très présents sur la plage… Mais l’image qui me passa en tête, me fit accepter plus rapidement la main de Marcus pour me lever. J’allais aller rapidement jusqu’à la mer pour me rincer.

Je ne pus m’empêcher d’éclater de rire une nouvelle fois à ses propos quand il me parla de me sauver de l’obésité.

«  Tu sais me vendre du rêve toi… Entre les insectes rampants sur moi et mon obésité future… Merci Marcus. »

J’étais amusée par la situation. Je n’avais aucun problème avec mon corps. Je n’avais certes pas un corps de mannequin mais je m’assumai totalement comme je m’étais et je ne m’interdisais rien du tout. Nous n’avions qu’une seule vie.

Je commençai à avancer vers l’eau avec l’intention de me débarrasser rapidement du sucre quand Marcus s’autoproclama « mon héros du jour ». Je souris et je me retournai vers lui.

«  Mmmh je ne suis pas totalement d’accord. Je pense que c’est une question de point de vue vois tu. Si tu avais rattrapé ce ballon comme tu aurais probablement du le faire… Je n’aurais pas eu tout ce sucre sur le corps et je n’aurais pas eu peur d’être mangé par des insectes. En ce qui concerne l’obésité… il se peut que tu puisses avoir un petit peu raison. Néanmoins je te remercie quand même d’avoir sauvé les meubles et de m’avoir sauver d’une attaque très vilaine d’insectes. »

J’avais maintenant les pieds dans l’eau et on pouvait dire que celle-ci était juste à la bonne température. C’était agréable.

«  Si un requin est attiré par tout ce sucre, tu auras ma mort sur la conscience. »

Evidemment je plaisantai. Je continuai à avancer.

«  Non pas de vacances pour moi. Je bosse ici depuis quelques semaines. Je suis serveuse. Et toi en vacances? « 

On ne va pas se mentir, j’étais certaine que c’était un vacancier. Je n’étais pas là pour juger les gens mais on voyait bien que c’était quelqu’un qui avait…. enfin vous voyez. De plus, il avait un certain charisme et dégageait un truc. Enfin bref, de plus, j’aurais été mis au cours si des nouveaux employés étaient arrivés.
(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Samba

Emploi : Héritier


MessageSujet: Re: Everybody wants to play with me - Alana & Marcus Mar 8 Mai - 19:46

Evidemment, Marcus ne pouvait pas deviner que le métier d'Alana était précisément de fabriquer ces cocktails remplis de sucres, et même parfois d'autres additifs plus ou moins rassurants pour la santé. Les touristes aimaient la couleur, et les gouts prononcés... Parfois, les fruits ne suffisaient pas à satisfaire leur palet délicat - ou pas.
Le fait que la jeune fille approuve lui fit hocher la tete en signe de compréhension. Elle semblait suffisamment bien faite pour prendre soin un minimum de ce qu'elle mettait dans son corps... A moins que les affres causés par les hormones féminines plus matures ne l'aient pas encore touchées.
Malgré son physique avantageux, le jeune Butler ne cherchait pas forcément dans les autres ce même attrait pour le perfectionnement de soi... Il trouvait les femmes avec des formes plus attirantes, car souvent meilleures vivantes et plus généreuses, dans tous les sens du terme. Mais il fallait être honnête, il ne se serait pas imaginé présenter à sa mère une fiancée obèse, ou anorexique... Aucun de ses deux extrêmes ne présentait pour lui l'équilibre nécessaire à son couple, et démontrait un trouble qui lui donnait envie d'aider, au mieux. Pour certains, cette observation objective pouvait paraître superficielle, mais elle était une réalité à laquelle peu de gens échappaient.

    - Je m'intéresse à ce qui me nourrit, puisque j'ai le luxe de pouvoir choisir... Conclut-il en passant une main sur ses abdominaux apparents, d'un geste négligé. Il avait juste ce qu'il fallait de graisse pour ne pas paraître trop fin, ou montrer ses veines. Il devait ce corps à une grande discipline et des heures de travail, que sa naissance dans la prospérité rendait bien sur plus facile qu'au commun des mortels. Avec cette chaleur, l'eau fraiche est encore le meilleur désaltérant.


Même l'eau de la mer ne rafraichissait guère, tant elle était tiède par ce temps... Et à peine sortis, que les baigneurs étaient déjà secs. Tout le monde ne supportait pas... Certains trouvaient le moyen de se plaindre, en paréo, avec ce paradis à portée de main ! Marcus ne comprenait pas. Il était d'un naturel extrêmement positif, et trouvait ces désagréments plus drôles qu'autre chose.

    - Je vois que tu aimes être contrariante... Une vraie fille ! S'exclama le beau influenceur, en levant les mains au ciel, tel un désespéré. Tu aurais pu simplement louer mes services, au lieu de chercher la petite bête... Mais non, il faut toujours qu'il y ait un truc qui aille pas avec vous, même quand on met toute la bonne volonté du monde à vous aider...


Bien sur, il se moquait de lui, sachant parfaitement que la base du problème venait de son incapacité à maitriser une simple balle de volley. A vrai dire, il avait toujours été particulièrement doué en sport, mais le sable et la fatigue, un rayon de soleil éblouissant, tout cela était autant d'excuses qui pouvaient toujours justifier ce raté... Mais il ne comptait pas reporter la responsabilité de son erreur sur quoi que ce soit, et assumait parfaitement l'hypothèse de la maladresse.

    - A ce que j'ai entendu, les requins ne sont pas aussi idiots que la plupart des humains, et ne confondent pas le jus de grenade avec du sang... Expliqua d'un air très détendu le pseudo scientifique. Il n'avait vu qu'un reportage télévisé sur la question, mais il se sentait capable de prétendre l'expertise pour amuser la galerie. Et il espérait ne pas etre dans le tord... Car la présence de ce genre de prédateurs ne le rassurait pas vraiment lors de ses séances de surf. Ouais... J'avais besoin de me couper un peu de la ville.


Il fronça les sourcils d'un air interrogateur en dévisageant la blonde. Devait-il lui apprendre que la plupart de ses revenus étaient les bénéfices de ses réseaux sociaux, et de la fortune de sa mère ? Il n'en avait pas honte, mais ce n'était pas quelque chose qu'il était habitué à expliquer, pour la bonne raison que la plupart des gens qu'il croisait le savait déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

A Propos de moi
Info sur moi :
Dispo RP :

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Bachata

Emploi : Serveuse


MessageSujet: Re: Everybody wants to play with me - Alana & Marcus Mar 8 Mai - 20:06

Alana Wells
Marcus & Alana

Marcus me répondit qu’il s’intéressait à ce qu’il le nourrissait tout en passant une de ses mains avec une certaine nonchalance sur ses abdos. On ne va pas se mentir. Ce gars était super bien foutu et il le savait sans pour autant se vanter. Il faisait attention à ce qu’il mangeait et il devait probablement faire pas mal de sport. Je n’étais pas surprise par ses propos et ceux-ci confirmèrent seulement les petites hypothèses que j’avais fait dans ma tête.

«  Et ça te réussit plutôt bien »

Autant dire les choses franchement. Il était bien foutu, il le savait. Il faisait des efforts pour avoir un corps d’apollon donc j’avais le droit de lui remarquer que j’avais remarqué. Enfin, je n’avais aucune arrière pensées mais si on m’avait donné des yeux, c’était aussi pour regarder et même admirer. Marcus ajouta ensuite que se baigner c’était plus désaltérant qu’une boisson et il n’avait pas tort. Pour ma part, je passai beaucoup de temps dans l’eau que ce soit pour nager ou pour flâner. 

J’éclatai de rire quand il m’accusa d’être un vraie fille puisque j’étais contrariante. J’appuyai avec mon index sur son torse.

« Oh la critique méchante qui ne veut rien dire. C’est ce que dit un gars quand il ne trouve rien à dire pour se défendre face à une femme. « 

Je croisai les bras au niveau de ma poitrine. Je collais toujours. Il allait vraiment falloir que j’aille me rincer car j’avais l’impression que c’était de pire en pire avec la boisson qui était entrain de sécher sur mon corps.

« Les choses simples sont ennuyantes mon cher Marcus. »

Je décidai d’avancer plus rapidement dans l’eau pour me débarrasser de ce sucre tout en lui parlant du risque de me faire mordre ou manger par un requin. Je souris à ses propos et je lui répondis:

« Et bien c’est une excellente nouvelle pour moi. Néanmoins si on a un requin idiot dans le coin, cela sera de ta faute, sache le. »

Je n’étais pas inquiète à l’idée de rencontrer un prédateur des mers dans le coin. Je savais qu’il y en avait pas. J’avais juste envie de taquiner mon nouvel ami et il semblait apprécier faire de même avec moi. Pourquoi se priver? On parla ensuite un peu plus de nous puisqu’il me demandai si j’étais en vacances ou non avant de me répondre que c’était son sac à lui. Je me rinçais rapidement et fit quelques brasses.

« Tu as choisi le bon endroit, c’est un peu le paradis sur terre ici. Je suis arrivée depuis quelques semaines mais je t’avoue que je ne me laisse pas de ces lieux. C’est un bon endroit pour se ressourcer et prendre un nouveau départ ».

Pour ma part, c’est ce que j’avais fait et ça me réussissait. Certes, moi je n’étais pas là pour les vacances mais être ici m’avait permis d’avancer, de recommencer à profiter de la vie et de repartir à Zéro. Je ne regretterai pas mon choix rapide et non réfléchi et venir ici pour travailler. C’est une des meilleures idées que j’ai pu avoir depuis un moment.

« Tu viens d’où? »


(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Samba

Emploi : Héritier


MessageSujet: Re: Everybody wants to play with me - Alana & Marcus Mer 9 Mai - 19:06

A la remarque d'Alana, Marcus éclata de rire. Depuis le temps qu'il en recevait, il avait appris à prendre les compliments de manière assez légère, en essayant de faire en sorte que ça ne lui fasse pas trop gonfler les chevilles... La manière dont l'avait formulé la blonde, et le ton qu'elle avait employé, étaient néanmoins assez originaux pour qu'il s'en amuse vraiment.
Il n'avait pas tendu de perche, mais il trouvait drôle qu'elle interprète sa pose ainsi... A vrai dire, il commençait à franchement transpirer en plein soleil, et il n'était pas contre cette baignade impromptue. Sa peau pourtant bien bronzée commençait à clairement déprécier l'exposition aux rayons, et le rafraichissement était bienvenu.

    - Merci, j'fais attention, gloussa-t-il, en prenant une voix exagérément aigue, comme une femme particulièrement superficielle qui aurait commenté le dernier régime de Kim Kadashian. Il avait compris que le féminisme était une corde sensible chez son interlocutrice, et comptait bien s'en servir pour la dérider un peu, histoire de se faire pardonner sa maladresse. C'est parce que les hommes n'ont pas besoin de mots... Ils privilégient l'action !


Et pour souligner ces propos encore une fois faussement sexiste, car il avait été élevé par une femme qu'il portait au-dessus de tout homme existant, Marcus crut bon de s'élancer dans les vagues, sans peur pour la différence de température entre l'extérieur et le liquide. A vrai dire, cela n'avait rien de bien brave, puisque l'océan était assez tiède pour éviter tout risque d'hydrocution.
Quand aux requins... Les gardes cotes auraient tot fait de les prévenir au moindre aileron aventureux, et Marcus ne s'en inquiétait pas.

    - Il y a un juste milieu entre s'ennuyer et espérer qu'un prédateur aquatique vienne dévorer les touristes, Alana, s'exclama-t-il, en secouant sa chevelure trempée hors de l'eau, avec la grâce d'un acteur d'alerte à Malibu qui s'était entrainé une centaine de fois pour cette prise. Chez le Butler, les attitudes sexy étaient malheureusement un peu trop naturelles, ce qui, si elles lui attiraient beaucoup de faveurs, lui compliquaient également la vie par la même occasion. En effet, je préfère l'idée du nouveau départ à une fin lugubre de sandwich pour mammifère marin. Tu vois que tu peux être positive quand tu veux !


Bien mouillé et luisant désormais sous le soleil, pour autre chose qu'une transpiration abondante due à l'exercice sportif, Marcus jeta un coup d'œil à son public. Ses amis étaient pour la plupart occupés à prendre des selfis et à twitter, tandis que quelques femmes plus mures le scrutaient de derrière leur lunettes noires, d'une façon indiscrète et presque suggestive. Il leur adressa un sourire de circonstance, qui n'engageait à rien, à part peut-être à devoir contenter de nouvelles groupies en adoration devant les pages de ses réseaux sociaux, avec des clichés de ses séances de surf torse nu. Marcus le prenait comme un jeu. Sa fiancé l'encourageait à entretenir cette popularité, tout en se gaussant de sa propriété, et il n'avait donc aucun intérêt à arrêter.

    - J'ai grandi à Charleston, c'est là que vit ma mère depuis toujours, expliqua-t-il, d'un ton plus sérieux. La veuve n'était guère une voyageuse, et préférait dépenser son argent en biens matériels qu'en souvenirs... Quelque chose qui finalement les éloignait. Et toi, qu'Est-ce que tu fuis dans l'alcool et le sable blanc ?


Elle parlait de recommencer à zéro, non ? Beaucoup de gens semblaient tenir le meme discours, dans le coin, espérant trouver dans l'ambiance idyllique du coin une sorte de rédemption, qui leur permettrait de reconstruire un avenir plus radieux. Lui-même, n'était ce pas ce qu'il était venu trouver ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

A Propos de moi
Info sur moi :
Dispo RP :

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Bachata

Emploi : Serveuse


MessageSujet: Re: Everybody wants to play with me - Alana & Marcus Mer 9 Mai - 20:36

Alana Wells
Marcus & Alana


J’éclatai de rire de nouveau quand Marcus répondit que les hommes n’avaient pas besoin de mots et qu’ils préféraient privilégier l’action. Mon dieu, qu’est ce qu’on pouvait entendre… Enfin je savais que ce n’était pas méchant et que l’homme devant moi avait beaucoup d’humour. Il est vrai que j’aimai bien défendre les droits de la femme et qu’on pouvait même dire que j’étais féministe. Il était normal de se battre pour l’égalité Homme / Femme même si on ne devrait pas à avoir à le faire à notre époque. Bref, c’est une autre histoire et si on me branche sur ce sujet, je peux en parler durant des heures. J’aime défendre mes convictions et parfois un peu trop.

«  Mais bien sûr! » 

Nous sommes maintenant complètent dans l’eau et je me sens bien mieux. Je ne colle plus et puis j’ai beaucoup moins chaud que quelques minutes auparavant. Ce ballon aura faire quelque chose de bien quand même.

«  Okay… Et euh… C’est toi qui espère qu’un prédateur vienne dévorer les touristes… Non car ce n’est pas mon rêve ou fantasme personnellement. »

Il se secoue ensuite un peu les cheveux parce qu’il vient de plonger et je ne peux m’empêcher de rire.

«  On a un peu l’impression que tu ressembles à un chien qui s’ébroue ».

Okay c’était pas totalement ça mais j’avais bien envie de moquer de son image de beau gosse qu’il semblait cultiver avec un certain soin. S’il n’était pas venu à ma rencontre pour récupérer le ballon et s’excuser, je ne me serais jamais approcher de lui car il dégage un truc genre « Je sais que je suis beau sans m’en vanter », « Zone  Interdite ». Enfin bref, il a beaucoup de charisme on ne va pas se mentir et habituellement je n’approche pas ce genre de personnes. Mais là, soyons honnête, c’était plutôt agréable de discuter avec lui et je ne m’ennuie pas.


Il m’annonce ensuite qu’il a grandit à Charleston et que c’est là bas que sa mère vit toujours. Mon instinct me dit qu’il doit beaucoup tenir à sa maman pour qu’il précise cela. Je souris.

« Et c’est comment les Etats-Unis? »

Petite Londonienne que je suis, je n’ai jamais eu l’occasion de me rendre aux Etats-Unis. J’ai eu l’occasion de me rendre quelques fois en Europe mais je n’avais jamais quitté le continent avant de me rendre ici pour ce job. J’éclate de nouveau de rire à ses propos sur ce que je suis.


«  L’alcool après l’obésité. Mais c’est super sympa l’image que tu as de moi dis donc. »

Je deviens ensuite plus sérieuse et je me livre un peu à lui sans tout lui dire pour autant.

« Je suis Anglaise, je viens de Londres. J’ai perdu quelqu’un dont j’étais très proche il y a quelques temps… Et j’avais besoin de changer d’air, de prendre un nouveau départ. Le hasard ou le destin m’a conduit ici. » 



(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Samba

Emploi : Héritier


MessageSujet: Re: Everybody wants to play with me - Alana & Marcus Jeu 10 Mai - 7:52

    - J'vais prendre ça comme un compliment, parce que j'aime les animaux, et particulièrement la race canine, figure toi, assura Marcus, en riant toujours. Il ne se prenait jamais vraiment au sérieux, même s'il savait parfaitement, au fond, qu'il était aussi loin de ressembler à un caniche que possible. Il était surement d'ailleurs l'homme le plus canon de la plage, et ceci juste parce qu'il agissait avec le naturel de quelqu'un qui ne s'en formalisait pas spécialement. Mais je commence à penser que tu n'as pas plus vu de chiens dans ta vie que de requins, ce qui est, je dois l'avouer, assez intriguant.


Marcus n'avait pas l'intention de se priver du bonheur de patauger, juste pour faire bonne figure, et s'enfonça un peu plus dans l'océan, à l'aide de quelques brasses puissantes. Il mesurait parfaitement le bonheur de n'avoir rien d'autre à faire que de profiter de l'instant présent. La jeune femme ne lui avait pas demandé ce qu'il faisait dans la vie, et son absence de responsabilités, en général, ne le troublait que lorsqu'il devait l'avouer, de temps en temps.
Qu'en serait-il de son quotidien s'il n'était pas venu au monde pour combler une mère milliardaire ? Aurait-il été là à présent, ou plutôt à la place de la demoiselle, à essuyer les verres d'inconnus, pour une paye insignifiante ? Marcus n'était pas du genre à s'attarder sur des suppositions. Personne ne doutait qu'il était fait pour ce luxe, et qu'il l'aurait trouvé d'une manière ou d'une autre.

    - C'est grand ! Ironisa-t-il, lorsque la blonde lui demanda comment étaient les Etats-Unis. A vrai dire, Marcus s'éloignait pour la première fois du domicile familial, et découvrait que sa culture n'était pas universelle... Il n'avait donc aucune idée des différences qu'il pourrait pointer, pour satisfaire la curiosité d'une étrangère. Il y a toujours quelque chose à faire... Quoi que tu puisses vouloir.


N'était-ce pas le pays de toutes les aspirations ? Le reve américain avait séduit plus d'un européen par le passé, et pas seulement pour son eldorado... Les Etats-Unis représentaient la nouveauté, la liberté, des concepts qui avaient finalement été détournés pour former une nation d'esclaves des médias, et d'une religion omniprésente. Marcus en avait conscience, et s'adaptait aux coutumes de ses proches, sans se plaindre, mais sans certitude de s'y retrouver.

    - Je vois... Toutes mes condoléances, répondit-il sans fausse sensibilité, en la fixant avec une certaine gravité. Il n'avait jamais perdu personne qui lui était cher, et redoutait ce moment... Il comprenait que n'importe qui puisse vouloir mettre cette épreuve derrière lui, pour avancer. La distance aidait sans doute. C'est une belle opportunité que tu as eu de venir ici ! J'ai toujours pensé que le soleil apaisait les maux... Je veux dire, on est moins triste, quand le temps est beau, non ?


C'était surement la chose la plus maladroite à dire, mais il ne tenait pas à lui demander des précisions embarrassantes sur sa situation... Il avait pour philosophie de rester positif, meme si cet état était particulièrement aisé à atteindre pour lui, et dur à forcer pour les autres.

    - Tu... Es toute seule, donc ? Osa-t-il quand meme la questionner, car sa présence sur la plage sans accompagnateurs le troublait depuis le début de leur rencontre, lui qui ne se déplaçait jamais sans quelques admirateurs pour commenter chacun de ses faits et gestes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

A Propos de moi
Info sur moi :
Dispo RP :

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Bachata

Emploi : Serveuse


MessageSujet: Re: Everybody wants to play with me - Alana & Marcus Jeu 10 Mai - 12:10

Alana Wells
Marcus & Alana




Impossible de ne pas rire quand il répondait. Il avait du répondant et de l’humour et c’était plutôt très agréable de discuter avec un gars comme lui. De plus, c’était aussi très difficile de s’ennuyer en sa compagnie. Cela faisait un petit moment que je n’avais pas passé un moment aussi divertissant avec quelqu’un que je venais seulement de rencontrer. Je souris à ses propos sur le fait que j’avais pas du voir beaucoup de chiens ou même de requins dans ma vie au vu de mes remarques précédentes.

« En ce qui concerne les requins, je t’avoue qu’ils n’aiment pas trop l’Angleterre et encore moins Londres. Ce n’est pas trop leur truc… En ce qui concerne les chiens, j’en ai rencontré plusieurs et même beaucoup. Je t’assure… Et quand tu t’es secoué, tu m’as fait penser à Bill, le teckel de ma vielle voisine à Londres quand il rentrait d’une balade sous la pluie. »

Définitivement, je me moquais ouvertement de lui et je ne pensai pas du tout ce que je disais mais j’avais bien envie de l’embêter un peu. Pourquoi? Tout simplement parce que je savais qu’il ne le prendrait pas mal. Cet homme avait de l’humour et ça faisait du bien de rire, ça me faisait du bien. Je fis quelques brasses pour m’éloigner un peu. On ne sait jamais s’il voulait se venger en utilisant le fait qu’il était plus rapide et plus musclé que moi.

Je l’interrogeai ensuite sur les Etats-Unis et je me disais que j’allais essayer d’y aller pour quelques jours de vacances quand je pourrais en prendre et que j’aurais mis pas mal d’argent de côté. C’était une destination qui me faisait rêver depuis que j’étais une petite fille et puis il y avait ce côté « rêve américain » où on nous disait qu’on pouvait arriver à tout là bas si on s’en donne la peine. Il m’annonça qu’il y avait toujours quelque chose à faire ou à voir et je n’étais pas surprise. C’était un pays vraiment très grand et je suis certaine qu’il fallait des mois et même des années pour tout découvrir de celui-ci.

J’acquiesçai d’un signe de tête quand il me présenta ses condoléances. C’était encore un sujet très sensible pour moi même si cela faisait déjà plusieurs semaines et mois que mon père n’était plus de ce monde. J’avais vraiment du mal à imaginer qu’il ne serait plus jamais derrière moi pour me forcer à donner toujours le meilleur de moi. C’était difficile mais c’était comme ça et je devais me faire une raison. 

Je lui fis un sourire plus mince que les premiers et je lui répondis:


« C’est pas faux et le fait de changer d’air, la distance ça fait du bien. Enfin bref, ne parlons pas de choses tristes. »

Je n’avais pas envie de sombrer dans la mélancolie. Je pourrais le faire quand je serais seule et encore je me l’interdisais beaucoup dernièrement. Je devais avancer et voir les choses positives dans ma nouvelle vie. Je n’étais pas à plaindre. Il valait mieux voir le verre à moitié plein, qu’à moitié vide.

Marcus me demanda ensuite si j’étais seule et je souris plus franchement.

«  Oui je suis majeur et vaccinée donc je me suis donnée l’autorisation à moi même de me rendre moi même à la plage. »

C’est vrai que j’étais de nature assez solitaire même si j’étais aussi quelqu’un de très sociable. En même temps, je n’étais arrivée ici que depuis quelques semaines et j’avais encore du mal à trouver ma place, à me faire des amis. J’avais toujours un peu peur de déranger ou de me sentir de trop.

« J’espère que tes amis ne vont pas croire que je t’ai kidnappé »

En revanche, je savais que Marcus n’était pas venu seul. De toute façon, c’est assez difficile de jouer au volley seul. Néanmoins je m’interrogeai sur le fait qu’il reste avec moi alors que ses amis et ses admiratrices devaient l’attendre. En effet, même si je ne disais rien, je voyais le regard des demoiselles sur lui… Enfin je ne disais rien jusqu’à maintenant.

« Je peux te poser une question? Ce n’est pas trop difficile de voir les femmes baver sur ton corps comme le font la plupart des femmes sur cette plage?  C’est comme si tu étais un morceau de viande et elles…. les requins. Oui j’aime cette métaphore.» 

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Samba

Emploi : Héritier


MessageSujet: Re: Everybody wants to play with me - Alana & Marcus Jeu 10 Mai - 16:12

L'argent ne suffisait pas à rendre quelqu'un populaire, ni même le simple charme physique... Marcus avait la chance incroyable de posséder les deux à profusion, mais il avait aussi quelque chose de particulier, qui le rendait en général agréable aux yeux de tous, et allait jusqu'à décourager les jaloux. Son sourire était convainquant, sans doute, d'une certaine manière, et il en jouait avec les meilleures intentions : son regard trahissait clairement le naïf enthousiasme qui l'animait, dénué de toute manipulation ou profit. Il ne gagnait rien à séduire les gens, sinon une satisfaction heureuse et innocente de partager sa bonne humeur. Il n'avait pas besoin d'augmenter sans cesse le nombre d'abonnés à ses profils sociaux, mais il était simplement heureux de voir que ses aventures pouvaient inspirer d'autres, ou les distraire.

    - Ce teckel doit avoir une classe extraordinaire ! Il va falloir que je le demande en ami sur Facebook pour être au courant des dernières tendances londoniennes, alors, s'exclama le jeune homme, avec une spontanéité exagérée. Je suis sur que tu as croisé plus de requins que tu ne le crois... Tous les hommes n'ont pas la chance d'être des chiens... Enfin, si on peut dire ça comme ça, sans sous-entendus pervers.


Décidément, les métaphores ne lui réussissaient pas, et l'enfonçaient même, ce qui l'amusait plus que ne le vexait. Il se savait bien loin de l'image que colportait le rapprochement avec l'animal... Il n'avait eu dans sa vie que des relations assez sérieuses, qu'il n'avait jamais basé sur le sexe, à priori. Bien sur, il aimait ce genre d'intimité, et en profitait à chaque occasion, comme tous les individus de son âge, mais jamais hors d'un contexte relativement sentimental. Il appréciait la confiance entretenue avec une vraie partenaire dans l'acte, et n'éprouvait aucune attirance à satisfaire ces besoins naturels juste par instinct ou mécanisme pulsionnel plus ou moins forcé par la testostérone. Il assumait totalement ce sentimentalisme, tout autant que la virilité que ne lui enlevait pas pour autant ce choix.

    - Et tu t'ennuies pas trop ? Insista le brun, réellement curieux. Lui, il n'avait jamais su vraiment se passer de compagnie. D'ailleurs, il n'était jamais resté célibataire plus de quelques heures, jours au maximum... Et il ne faisait pas exprès. Les femmes avaient le don de guetter le bon moment pour lui sauter dessus dès qu'elles voyaient l'opportunité se présenter. Enfin, si tu viens de commencer un nouveau boulot, j'imagine que t'as pas trop de temps libre de toute façon.


Avec tous les vacanciers dans le coin, le tourisme était un milieu dans lequel le travail était intensif, et ne s'arrêtait jamais. Little Havana ne connaissait pas vraiment de période de creux, à ce qu'il avait compris... Il y avait toujours des allées et venues, des étrangers qui prenaient des congés quand d'autres partaient, et des retraités qui avaient tout le temps de leur vieillesse pour profiter du soleil et d'une vie d'économies bien méritées.

    - En général, c'est plutôt l'inverse, non ? J'crois que j'ai pas à me plaindre, je me suis encore jamais fait violé parce que je portais une mini-jupe... Déclara-t-il avec un rictus moqueur, mais une lueur dans le regard qui trahissait un certain sérieux. Marcus était sensible aux remarques incessantes que subissaient les femmes qui avaient le malheur d'être attirantes, et il savait que leur situation était incomparable : ses prétendantes s'étaient toujours montrées respectueuses, dans l'ensemble. Je suis fiancé, et fidèle... C'est une chose que je ne cache pas. Tant que les limites sont là, je ne vois pas pourquoi ça me dérangerait. On s'habitue à ne plus en faire cas, à force. Je suis certain que tu sais de quoi je parle...


Il lui adressa un clin d'œil. Après tout, elle était jolie, et les blondes plaisaient beaucoup, surtout lorsqu'elles étaient en maillot de bain, jeunes et pourvues de quelques formes. Bien sur, le Butler avait remarqué, et observé lui aussi, appréciant l'esthétisme des courbes féminines... Mais encore une fois, cela ne signifiait pas pour autant qu'il s'était imaginer faire plus que cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

A Propos de moi
Info sur moi :
Dispo RP :

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Bachata

Emploi : Serveuse


MessageSujet: Re: Everybody wants to play with me - Alana & Marcus Jeu 10 Mai - 17:46

Marcus & Alana




Okay ce gars était juste… tordant? Parfait? C’était tellement chouette de rencontrer quelqu’un qui avait de l’auto-dérision, qui ne se prenait pas la tête.  Enfin je vais arrêter de lui faire des compliments car même si je le fais que dans ma petite tête, ses chevilles risquent de gonfler et il n’a pas besoin de ça. Un chien avoir un compte facebook? S’il le disait. Il y avait probablement des gens qui devaient créer des comptes Facebook pour tout et n’importe qui ou quoi. Pour ma part, je n’en avais pas et je ne m’en portais pas plus mal.

C’est vrai que quand je parlais de requin, je pense à l’animal, au prédateur des mers mais il y avait des requins un peu partout…. J’en avais rencontre évidemment même si je n’avais que 19 ans et j’avais toujours pris soin de m’éloigner de leur trajectoire. Non pas que je sois froussarde ou quelque chose comme ça mais je n’aimais pas avoir ce type de personne ( homme ou femme ) dans mon entourage. Je souris quand il ajouta que tous les hommes n’avaient pas la chance d’être des chiens. En même temps un chien c’était sensé être loyal et fidèle donc… 


Il semblait surpris que je sois venue seule sur cette plage et encore il ne savait pas que je passais pas mal de temps seule. En même temps avec mon boulot, je n’avais pas le temps de m’ennuyer et je voyais beaucoup de monde. J’avais donc parfois besoin de faire un break, de me retrouver au calme quand je ne travaillais pas. C’était une façon de recharger les batteries comme les autres.

«  M’ennuyer? Je ne connais pas ce mot ». Je souris «  Ce n’est pas parce que je suis seule que je me sens seule. Parfois cela fait aussi du bien de se retrouver et puis ça me permet de faire des trucs que je ne peux pas faire quand je suis en compagnie d’autres personnes comme bouquiner par exemple. »

Marcus ne tarda pas à ajouter que je ne devais pas m’ennuyer avec mon nouveau boulot et j’acquiesçai. Il avait vu juste. De plus, il y avait toujours du monde donc on faisait pas mal d’heure et je ne refusais jamais de faire des heures supplémentaires. J’allais épargner tout ce que je pouvais pour pouvoir voyager mais aussi pour pouvoir faire face si quelque chose arrivait. Même si je savais qu’il fallait profiter de chaque jour, je savais aussi qu’il fallait faire attention au lendemain.

Je n’avais pas passé beaucoup de temps en compagnie de Marcus mais je voyais bien le regard que les gens avaient sur lui. C’est comme si j’étais en compagnie du Prince Harry ou un truc comme ça. Merde, c’était juste un gars mignon et sympa mais ce n’était pas non plus une célébrité. J’éclatai de rire quand il me répondit qu’il n’avait pas à se plaindre quand je le comparai à un morceau de viande face à un banc de requins affamés.

« Je suis certaine que la mini-jupe t’irait très bien. »

J’étais surprise d’apprendre qu’il était fiancé. Pourquoi? Tout simplement parce que j’avais l’impression qu’il était venu ici seul… enfin avec des amis pas avec une nana. Enfin je pouvais ma tromper et avoir mal interprété ses propos. En même temps il n’avait rien dit de clair à ce sujet. 

«  Et ta fiancée n’est pas jalouse que tu sois regardé comme ça? »

En même temps, elle était tout simplement peut être intelligente et pas jalouse. Pour ma part, je n’étais pas quelqu’un de nature jalouse mais voilà quoi. Après il fallait avoir confiance en l’autre, c’est sûr. Enfin, je n’étais pas certaine d’apprécier qu’on regarde mon homme on on regardait Marcus. Il me fit une sorte de compliment ou en tout cas c’est quelque chose que je pris ainsi en sous entendant que je pouvais aussi avoir ce genre de problème.


«  Je crois que je n’aurais pas ta patience et ton détachement vis à vis de ça. »

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Samba

Emploi : Héritier


MessageSujet: Re: Everybody wants to play with me - Alana & Marcus Jeu 10 Mai - 18:27

Marcus haussa les épaules à la déclaration d'Alana. Etre seul... Il ne connaissait pas vraiment ce concept, mais n'avait pas l'impression de passer à coté de sa véritable personnalité non plus. Lui, il était surement ainsi : trop sociable pour savoir quoi faire s'il n'était pas accompagné. Bien sur, cette conclusion était sans doute extrême, et il était suffisamment intelligent pour savoir s'occuper... Mais son caractère le poussait toujours à rechercher de la compagnie. Aurait-il du consulter un psychologue, pour savoir si cet état relevait d'une quelconque pathologie, ou d'un manque malsain à combler ? Il était heureux ainsi, et choisit de ne pas s'en inquiéter pour l'instant, par conséquent.

    - Et t'as pas envie de partager ton avis sur le bouquin avec quelqu'un ? La questionna-t-il, réellement curieux. C'était un de ses défauts peut-être, il aimait connaître ce que pensaient les autres de ses opinions, échanger, et découvrir d'autres points de vue... Au point de peut-être devenir trop tolérant, et moins ferme dans ses propres jugements. Tu pourrais te mettre sur des groupes de discussions, ça permet de rester seul tout en communiquant quand même.


Mais elle n'était peut-être tout simplement pas adepte des réseaux sociaux comme lui. Marcus était fasciné par la technologie, et toutes les applications qui apparaissaient chaque jour pour s'ouvrir au monde... Certains auraient prétendu le contraire, que la connectivité enfermait les gens, mais le Butler était persuadé de l'inverse, et ne manquait pas de le faire savoir.
Il savait également poser son smartphone et profiter de l'océan comme il était en train de le faire, et d'une conversation en direct et en face à face... Mais il ne niait pas l'impression facilité et utilité d'internet, des messageries instantanées, et de tous les outils qui permettaient d'interagir avec une communauté éparpillée aux quatre coins du monde.

    - C'est ce que dit mon meilleur ami... Apparemment, tout me va tellement bien que c'en est exaspérant, le cita-t-il en prenant un ton drôle, car il n'en croyait bien sur pas un mot. Il y avait des limites à ce qu'un homme pouvait porter sans être ridicule, et selon lui, les écossais flirtaient dangereusement avec, et ne restait virils que parce qu'ils ne portaient rien en dessous de leurs kilts, et que cela défendait leur courage. Je crois que ma fiancée est jalouse, mais qu'elle apprécie aussi de provoquer l'envie, indirectement... Elle n'a pas de rivales, juste des filles qui aimeraient peut-être sa place, j'imagine... Et qui ne l'auront pas. Après tout, la confiance, c'est la base d'un couple.


Pour Marcus, rien n'était plus limpide. Il n'avait aucune intention de la tromper. Quand il était avec quelqu'un, son code de l'honneur lui empêchait tout dérapage... Mais il lui était déjà arrivé de se sentir attiré par une autre, et avait toujours pris soin de mettre fin à sa relation avant d'en commencer une nouvelle. Aucune de ses exs ne pouvaient se plaindre d'avoir été réellement cocues... Malgré le fait qu'il ne soit jamais resté très longtemps à se morfondre d'une rupture.

    - Tout est question de choix : c'est toi qui décide comment le prendre... Tu ne peux pas en vouloir aux autres de te trouver belle, ce serait injuste... Hypocrite, même. La philosophie de Marcus n'était peut-être pas très éthique, mais elle lui permettait d'avancer sans se prendre la tête. Je préfère me dire que c'est flatteur, et un bon signe. Tu crois pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

A Propos de moi
Info sur moi :
Dispo RP :

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Bachata

Emploi : Serveuse


MessageSujet: Re: Everybody wants to play with me - Alana & Marcus Dim 13 Mai - 17:25

Marcus & Alana



Marcus semblait étonné que j’aime passer du temps seule. En même temps je ne le voyais pas comme ça. J’étais quelqu'un de très sociable ( enfin je pense ) mais j’appréciai aussi d’avoir des moments à moi et rien qu’à moi où je faisais juste ce que j’avais envie. Il me demanda si j’avais pas envie de partager mon avis sur le bouquin que je lis et me parla ensuite de groupe de discussions. De quoi il parlait? du net? Enfin quoique groupe de discussions, ça me fait toute suite penser à des trucs comme « Alcoolique anonyme » ou encore « acheteuse compulsive » comme dans L’accro au shopping, une saga que j’avais lu dernièrement et qui m’avait beaucoup plu. 

« J’ai comme l’impression que ça t’étonne que je puisse passer du temps seule et que je suis un peu pour toi un asocial. Pourtant, regardes, je discute bien avec toi et tout se passe bien… Enfin je crois. Et s’il y avait un club de lecture dans le coin, il est fort probable que je m’y inscrirais mais je n’en ai pas entendu parler jusque là. »

Il savait qu’il était beau, qu’il était bien foutu et pourtant il le revendiquait mais pas trop pour qu’il semble être égocentrique et arrogant. On parla un peu du ressenti de sa fiancée par rapport au regard des autres femmes sur lui. Elle était jalouse mais aussi heureuse de provoquer l’envie. Mouais, pas certaine que ce soit très sain ce dernier point.

«  Okay, okay ».

Je décidai de ne pas insister sur ce sujet mais j’étais d’accord avec lui. La base était la confiance en l’autre. Si on avait pas confiance, on ne pouvait pas construire quelque chose de fort et de durable. Il reprit en m’expliquant qu’on ne pouvait pas en vouloir aux autres de le ou la trouver belle et j’étais d’accord avec lui mais encore une fois c’était pas simple pour moi d’expliquer mon point de vues car j’avais quand même quelques nuances à apporter à son avis.

Je fis quelques brasses et je décidai de me lancer dans mes explications en essayant d’être clair mais ce n’était pas toujours simple.


« Je suis d’accord avec toi mais…. Je suis d’accord sur le fait qu’on ne peut pas en vouloir aux gens de te trouver beaux par exemple… Mais le regard qu’ils ont… est… Merde, elle ferait bien de toi leur 4H si tu leur disais oui. Je sais pas il n’y a pas un certain respect à avoir ou une certaine pudeur. Suis-je prude et naïve? Non je ne crois pas mais il y a un minimum de respect à avoir vis à vis des gens. Je pense qu’on peut le penser car de toute façon on ne contrôle pas ses pensées mais on fait attention à ce qu’on montre. »

Je repris mon souffle.

« Mais tu es pas du même avis? si? »


(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Samba

Emploi : Héritier


MessageSujet: Re: Everybody wants to play with me - Alana & Marcus Mer 16 Mai - 20:01

Bien sur, Marcus était un extraverti assumé, et il trouvait plutôt naturel d'être toujours entouré. Chaque jour ou presque, il faisait une nouvelle connaissance comme celle-ci, sans arrières pensées : il aimait communiquer, tout simplement. Pour lui, c'était la meilleure manière d'apprendre et de se construire. Il ne craignait pas non plus la solitude, mais il n'y voyait pas un intérêt immense, quand il pouvait tout partager avec son entourage ou presque.
Il comprenait néanmoins, et l'avait observé plusieurs fois, que d'autres personnes préféraient s'isoler, et il les enviait presque. Son besoin constant d'attention n'était heureusement pas difficile à satisfaire, et il n'avait aucun mal à trouver des interlocuteurs prêts à lui accorder du temps. A vrai dire, il était à un niveau plutôt impressionnant de popularité, non seulement à cause des médias, mais parce qu'il avait une facilité incontestable à se rendre sympathique, et à attirer tout ceux qui croisaient sa route - pour son physique, mais aussi parce qu'il semblait en permanence ouvert à la discussion, de bonne humeur et même encourageant.

    - Oui mais justement... Tu trouves pas ça plus intéressant de profiter de l'océan avec un autre véritable être humain, plutôt qu'un héros de fiction ? Demanda-t-il avec douceur, car il voulait vraiment son avis. Il ne cherchait nullement à obtenir des compliments sur sa compagnie, et faisait une généralité de cette affection pour les pages froides d'un livre, au lieu du contact d'un individu fait de chairs chaudes. J'veux dire, c'est souvent tellement loin de la réalité, en plus... Personne n'est aussi parfait, dans la vraie vie, et c'est ce qui fait son charme, non ?


Ses admiratrices auraient surement pu éclater de rire, convaincue qu'il ne présentait aucun défaut, et aurait surement pu vendre des milliers d'autobiographie, s'il avait décidé de se mettre à l'écriture. Marcus réalisait que ses followers l'idéalisaient un peu, mais ne s'en formalisait pas. Il n'avait pas l'impression de jouer un rôle pour leur plaire, il se contentait de leur montrer ses aventures, crues, sans filtres, associées à ses émotions du moment.
Il ne s'imaginait même pas que d'autres stars d'instagram puissent cacher un malaise derrière leurs postes incessants, et croyait ce qu'il voyait. Sa fiancée elle-même tenait une page assez reconnue, et il ne songeait pas une seconde au fait qu'elle ait pu tromper sur son quotidien... Alors qu'il en avait des exemples constants sous les yeux. Elle n'hésitait d'ailleurs pas à lui passer par ce biais des messages subliminaux, qu'il ne captait pas toujours, ce qui la rendait en colère, et lui, perplexe.

    - Tu insinues que les gens devraient être hypocrites, donc ? Essaya de reformuler Marcus, sans vraiment comprendre où elle voulait en venir. Ayant été depuis sa plus tendre enfance au centre des projecteurs, par une mère qui portait son nourrisson aux nues comme le bébé le plus extraordinaire de la terre, il ne voyait aucun mal à être admiré. Si quelques fois, il avait du remettre quelques femmes trop collantes à leur place, il ne leur en avait jamais voulu. Personne ne le forçait à faire quoi que ce soit, et il se sentait libre, et apprécié. Le respect, n'est-ce pas laisser les gens être ce qu'ils veulent être ? Si elles me jetaient des pierres, et m'empêchaient d'avancer, je crois que là, je le prendrai mal. Mais elles ne me dérangent pas à regarder. Je ne passe pas des heures en salle de sport pour les satisfaire, mais si cela peut leur faire plaisir d'apprécier mon travail...


Etait-il juste trop généreux, finalement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

A Propos de moi
Info sur moi :
Dispo RP :

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Bachata

Emploi : Serveuse


MessageSujet: Re: Everybody wants to play with me - Alana & Marcus Dim 20 Mai - 18:32

Marcus & Alana



Définitivement il me croyait vraiment asociable. Je devais lui faire pitié. Il croyait que je préférai rester avec un héros de fiction plutôt qu’avec une vraie personne. Il est vrai que je ne lui avais pas caché mon goût pour la lecture mais je savais aussi profiter des gens autour de moi. Seulement depuis mon arrivée, je n’avais pas non plus fait connaissance avec des dizaines et des dizaines de personnes. De plus, je n’étais pas non plus du genre à m’imposer. Il y avait des groupes - notamment entre collègues - qui étaient bien formés et j’étais pas du genre à me taper l’incruste. J’étais peut-être quand même un peu handicapé socialement. 

«  Mais je n’ai pas dit le contraire. Je suis même plutôt d’accord avec toi. Mais regarde là je parle avec une vraie personne enfin j’ose imaginer que tu n’es pas un androïde ou un truc comme ça. »

Je lui souris.

« C’est vrai, je reconnais que j’ai peut-être parfois un peu de mal à aller vers les gens naturellement mais ce n’est pas pour ça que je n’aime pas le contact avec les gens. Je veux dire qu’il y a des petits moments où j’aime bien être seule mais c’est loin d’être tout le temps. »

J’étais un peu frustrée car j’avais l’impression de ne pas réussir à expliquer mon point de vue. En plus, je me rendais compte que je ne voulais pas qu’il me juge asociale… Mais bon je le connaissais depuis moins d’une heure. Pourquoi son avis était tellement important? Peut-être tout simplement parce que je ne faisais pas de nouvelles rencontres tous les jours et que j’étais à la recherche d’amis. Merde, mon dieu, là c’est moi qui me faisait pitié toute seule comme une grande.

J’avais vraiment du mal avec le regard des gens sur les autres et surtout ceux qui ne cachaient rien comme ces demoiselles qui mataient Marcus sans aucune gêne apparente. Je fis la remarque à Marcus et celui-ci me demanda si pour moi les gens devaient se montrer hypocrites. Je soupirais et fis quelques brasses. Merde, ça me saoulait qu’il ne s’imagine pas qu’on puisse penser différemment de lui.

«  Non mais faire preuve de retenue oui ! C’est quoi pour toi la différence entre une nana qui te matte ouvertement et une autre qui te saute dessus et qui t’embrasse? Je veux dire par là qu’il y a une certaine hypocrisie et qu’on ne peut pas faire tout ce dont on a envie dans la vie et que parfois il faut faire attention à ce qu’on transmet aux autres. »

Ce gars était peut-être un peu plus imbu de lui même que je ne le pensai au début de notre conversation. C’était fort dommage.

«  Tu ne le fais pas pour les satisfaire mais un peu quand même. J’ai l’impression que tu aimes bien ce regard sur toi et que ça te flatte non? » 


(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Samba

Emploi : Héritier


MessageSujet: Re: Everybody wants to play with me - Alana & Marcus Lun 21 Mai - 5:25

Si Marcus adorait parler, il savait aussi quand se taire, et il avait l'impression, là, d'être arrivé à un point où il valait peut-être mieux arrêter le débat, car Alana semblait commencer à se vexer, ce qui n'était pas du tout son but. Et quoi que les autres puissent en penser, le Butler était assez tolérant pour ne pas insister lorsqu'il sentait que sa curiosité était déplacée.
La blonde n'était pas la première à lui exposer un mode de vie différent du sien, et qu'il cherchait à comprendre... Il en rencontrerait d'autres encore, avant d'obtenir une réponse, et il avait confiance dans le fait que chacun poursuivait son propre bonheur.

L'instagrameur se contenta donc juste d'hocher la tête avec un sourire, en caressant les vagues qui claquaient légèrement sur son torse. Elles n'étaient pas encore assez grosses pour tenter une leçon de surf, et il profiterait donc d'une après midi tranquille avec ses amis... Il leur jeta un coup d'oeil, et avisa qu'il était peut-être temps qu'il les rejoigne.
Joanna le surveillait avec un regard noir, tandis que les deux autres la délaissaient complètement.
Marcus ne pouvait guère se plaindre de son quotidien en tout cas, quand ses seuls problèmes étaient de ne pas délaisser trop longtemps une bande de riches connectés comme lui... Car après tout, c'était ce qu'il était, le parfait stéréotype de l'héritier parfait.

    - Il y a quand même une différence énorme... Se risqua à contester le jeune homme sur la question du voyeurisme et du baiser forcé. Il avait du mal à considérer qu'elle puisse mettre un regard, aussi pervers soit-il, sur le même plan qu'une pure et simple agression, et ne voyait pas du tout où elle voulait en venir, mais cette conversation commençait à le mettre mal à l'aise. Bien sur que ça me fait plaisir...


Il haussa les épaules, avec un air dépité. Franchement, il était beau, et il avait sué pour obtenir ce résultat, alors il espérait quand même plus de compliments que de critiques... Au contraire de certains, Marcus était très franc sur la question : bien sur, il était satisfait de son corps et de son physique, et n'allait pas jouer les faux modestes.
Après tout, qui avait envie d'être moche et de l'assumer ? Les magazines clamaient dans leurs titres qu'il fallait valoriser la beauté intérieure, mais faisaient poser sur leur couverture un mannequin de Victoria secret... C'était ainsi que le monde fonctionnait, et Marcus appréciait que son physique lui facilite les choses, en général, dans toutes ses aventures.

    - Je crois que tu juges les gens un peu durement... Je n'ai jamais rencontré une femme qui espérait vraiment plus qu'un selfie, et si ça peut les rendre heureuses, je vois pas le problème, déclara Marcus, avec un peu plus de sévérité que ses explications précédentes. La plupart sont mariées ou en couple... Et elles savent que je suis fiancé. Le reste, c'est juste un jeu, et tant que ça reste léger et ne blesse personne...


Il était probablement temps de clore le sujet, car ils arrivaient à une impasse. Ils n'avaient pas le même point de vue sur les relations, en général. Marcus ne prenait pas les choses si sérieusement, et il n'avait pas envie de s'embarrasser de ces considérations, puisque sa propre vision des choses lui avait bien mieux réussi jusque là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

A Propos de moi
Info sur moi :
Dispo RP :

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Bachata

Emploi : Serveuse


MessageSujet: Re: Everybody wants to play with me - Alana & Marcus Lun 21 Mai - 13:43

Marcus & Alana



Bon c’était vrai qu’il n’avait pas tort en disant qu’il y avait une différence entre « matter quelqu’un » et « embrasser quelqu’un ». Il y avait une sorte d’agression passif et l’autre actif. Enfin « Agression » ou « Harcélement ». Enfin encore ici les mots n’étaient pas simple à trouver et à choisir. Pour ma part, j’avais habité à Londres et je n’aimais pas le regard que pouvait avoir certains hommes sur moi. Cela me mettait mal à l’aise et surtout je ne me sentais pas en sécurité. On avait parfois l’impression d’être un morceau de viande au milieu de…  Enfin bref, cela ne dérangeait pas Marcus alors c’était peut-être moi le problème en fin de compte.

En tout cas, il était certain que Marcus aimait bien être vu et admiré. C’était probablement une grosse différence avec moi qui appréciait être invisible et faire ma petite vie tranquille. Enfin, ce n’était pas pour ça que je n’avais pas des amis et que je n’aimais pas être en présence d’autres personnes. J’avais quitté des amis en Angleterre et beaucoup n’avait pas compris mon choix et tout quitter pour un nouveau continent et un nouveau pays. J’avais gardé contact avec mes plus proches amis et ils manquaient terriblement.


J’étais surprise par les propos de Marcus qui me disait qu’il n’avait jamais une rencontré une jeune femme qui avait voulu plus qu’un selfie avec lui. Je me mis à rire, c’était plus fort que moi.

« Une selfie? Tu es célèbre ou un truc comme ça? »

Okay alors là, j’avais carrément du rater un truc car comment les femmes autour de lui pouvaient savoir qu’ils étaient fiancés… J’avais l’impression de ne pas avoir toutes les pièces pour pouvoir assembler le puzzle. Est-ce que c’était un acteur? un chanteur? Un truc comme ça? Pour être honnête, sa tête me disait rien du tout même si on ne pouvait pas nié qu’il était plutôt mignon dans son genre même si on avait des opinions très divergentes.

« Je suis un peu perdue dans tes explications je l’avoue. »



(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Samba

Emploi : Héritier


MessageSujet: Re: Everybody wants to play with me - Alana & Marcus Mer 23 Mai - 4:21

Marcus éclata de rire à la moue interrogatrice de la jeune fille... En effet, elle était complètement déconnectée des réseaux sociaux, ce qui était assez étonnant pour son âge. Enfin, encore une fois, c'était une constatation purement subjective : tout le monde n'envisageait pas les choses à sa manière et il le savait bien. Il baignait juste dans les applications depuis toujours, sa mère ayant toujours veillé à ce qu'il obtienne la pointe de la technologie en matière de communication, et qu'il sache montrer une image de lui parfaite en toutes circonstances.
Maintenant, cette façon de vivre était tellement ancrée en lui qu'il n'aurait pas su faire autrement. Il trouvait naturel de s'exposer aux regards, et n'avait honte de rien qui concernait ses habitudes.

    - Célèbre ? Répéta-t-il en riant de nouveau à ce mot qui avait du mal à retranscrire son état. Pas vraiment. Disons que mon compte Instagram est assez populaire.


Il ne prétendait pas avoir fait quoi que ce soit d'extraordinaire pour se faire remarquer, et il savait parfaitement qu'il n'aurait surement pas suscité le même intérêt s'il n'avait pas été assez riche pour vivre des aventures intéressantes, et apparaitre attirant sur les photos et autres vidéos qui relataient celles-ci. Le succès ne lui était pas monté à la tête, dans le sens où il l'avait toujours connu, depuis petit. Dès l'école maternelle déjà, les professeurs lui avaient accordé une place à part, et tous ses camarades recherchaient sa compagnie... Il s'était habitué à ce prestige avec simplicité.

    - Si un jour tu décides de t'intéresser aux applications de ton téléphone, n'hésites pas à m'ajouter, d'accord ? Lui proposa-t-il sur un ton gentiment moqueur, qui s'adressait à lui autant qu'à elle. Il ne tenait pas à forcer qui que ce soit, mais il était indéniable que pour maintenir le contact, il n'y avait rien de mieux. J'vais rejoindre mes amis, et j'te laisse profiter de tes lectures, sinon tu vas m'en vouloir de t'avoir embêté trop longtemps et empêché de finir ton chapitre ! Encore désolé pour le verre, conclut-il, en lui tournant le dos avec un clin d'oeil, pour se diriger de nouveau vers la plage.


Joanna l'attendait avec un sourire plus que satisfait de voir qu'il ne décidait pas de ramener la jolie blonde parmi eux, ni même de trainer avec elle encore longtemps. Marcus se laissa tomber sur sa serviette, essuyant ainsi l'eau qui perlait encore sur son torse, et sècherait bien vite avec le soleil brulant qui planait sur Little Havana.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Hola, Mi nombre es
Contenu sponsorisé
half of my heart is in Havana




MessageSujet: Re: Everybody wants to play with me - Alana & Marcus

Revenir en haut Aller en bas

Everybody wants to play with me - Alana & Marcus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» blues play back en G
» Shadow Play (Photo-Finish + Stage Struck)
» NIGHTWISH - Dark Passion Play
» Plug'n Play ?
» The Paisleys - Cosmic Mind At Play (1970)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Havana, ooh na-na :: 
Little Havana
 :: Vamos a la playa :: Plages et criques
-