AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez|

30/03 Lullaby [Charlie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

avatar

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Samba


Emploi : Barmaid


MessageSujet: Re: 30/03 Lullaby [Charlie] Mar 23 Oct - 14:50



LULLABY
Just give it one more try, With a lullaby, And turn this up on the radio, If you can hear me now, I'm reachin' out to let you know, That you're not alone...
Le soleil nous réchauffe doucement avec ses rayons qui passent entre les feuilles des arbres. Il descend lentement vers l'horizon pourtant je n'ai pas du tout l'impression que la nuit va bientôt se lever... Assise près d'Alek, je caresse doucement ses cicatrices. J’effleure ses plaies boursouflées et je grimace presque à chaque fois que mon doigt en découvre de nouvelles. A les voir toutes, ça me donne l'impression d'une poupée de chiffon qu'on a rafistolée comme on a pu... un peu façon monstre de Frankenstein... Bon Alek est loin d'être un monstre hein et même ses cicatrices ne font pas détourner le regard mais c'est juste qu'en les voyant parcourir sa peau, on sait qu'il a souffert.

Alors qu'il commence à me raconter comment s'est arrivé, je ne peux pas m'empêcher de me souvenir à quel point il aimait la vitesse, déjà, quand on était ensemble. Moi aussi j'aimais ça, mais dans une moindre mesure et je me souviens qu'à chaque fois qu'il se prenait pour un pilote et qu'il se sentait pousser des ailes derrière le volant, j'avais peur pour lui... Force est de constater que sur ce point là, il n'a pas changé. Les freins qui lâchent, la vie qui défile... tout ses mots me font frissonner... Je n'imagine pas l'horreur que ses proches ont vécu à ce moment là et même si on sait que ce genre d'accident peut arriver, que c'est le risque du métier, on ne peut pas s'empêcher de flipper dés que la personne grimpe derrière son volant. Personnellement, j'aurai été là, je pense que j'aurai eu envie de tuer les types qui s'occupent de vérifier la voiture... Je déglutis et alors que mes doigts continuent doucement de frôler les cicatrices, je lui pose une question, peut-être stupide mais qu'il, je sais, n'a pas pu s'empêcher de se poser...

- Tu crois qu'on a essayé de te tuer ?

Après tout, si c'est un bon pilote, il doit avoir plus d'un ennemi et même si je n'y connais pas grand chose, le sabotage doit être quelque chose de courant dans ce domaine... ou alors c'est que dans les films qu'ils font ça... En tout cas, c'est une question que j'avais envie de lui poser, qu'importe si il la trouve complètement à côté de la plaque. Je réprime un nouveau frisson quand il me parle de sa voiture et de la barrière.

- Tu m'étonnes...

Alek m'avoue ensuite que la carcasse de sa voiture trône dans son garage. Bon là pour le coup je ne comprend pas trop le concept, mais si ça peut l'aider à se sentir mieux et surtout à lui faire se rendre compte qu'il n'a qu'une seule vie, alors je dis pourquoi pas. Après tout, on a tous des petites manies comme ça, des petits grigris...

Lorsque Alek me demande si moi aussi j'ai vécu quelque chose qui m'a fait prendre conscience de ma misérable place sur cette terre et dans cette vie, je souris. Je retire mon doigt et je remonte mes jambes pour poser mon menton sur mes genoux avant de lui répondre.

- Il y a une fois, j'ai failli me retrouver au fond du Grand Canyon...

Je tourne mon visage vers lui et je souris une nouvelle fois alors que le souvenir de cette cata me revient en mémoire.

- Avant d’atterrir ici, j'ai beaucoup voyagé et à chaque nouvel endroit que je visitais, je prenais une photo pour me souvenir de toutes ces choses que j'ai pu voir ou faire...

Je ramène mes cheveux derrière mon oreille.

- Alors forcément, quand je suis arrivée au Grand Canyon, prendre une photo le plus haut possible était une obligation... Je marque une pause avant de reprendre. ... Mais avec le recul, je me rend compte que c'était une idée tellement stupide.

Maintenant, quand j'y pense, je ne peux pas m'empêcher de sourire ou même de rire mais croyez moi à ce moment là, je n'ai pas du tout fait la fière, bien au contraire.

- C'est la dernière fois que j'ai vu mon appareil photo à 300 dollars et toutes les photos prises depuis le début de mon périple...

J'hausse les épaules avant de me lever pour me tenir debout sur le rocher.

- Mais bon, maintenant je relativise en me disant qu'il vaut mieux l'appareil photo plutôt que moi, écrasée au fond du Grand Canyon.

Nouveau sourire. Je descend du rocher avec prudence, ce n'est pas le moment de tomber... Une fois arrivée au bord de l'eau, je m'assois sur les petits galets et je met mes pieds dans l'eau... Même si elle est froide, elle me fait énormément de bien...

code by bat'phanie
[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Samba


Emploi : Pilote de course


MessageSujet: Re: 30/03 Lullaby [Charlie] Jeu 25 Oct - 13:58

Au départ sentir que quelqu'un touche mes cicatrices me fait bizarre. Car à part moi et le personnel soignant je n'ai laissé personne approcher, même pas ma famille. Ma mère avait voulu les toucher pour un truc con comme quoi se rendre compte de ce que j'avais subi et que j'étais bien vivant. Alors déjà c'est pas en touchant ça qu'elle se rendrait compte de la boite que j'avais encaisser. Tous les capteurs de la voiture s'étaient affolés. Mais au bout de quelques minutes je m'y étais habitué et puis Charlie était loin d'être une étrangère donc jouer le mec qui veut se protéger était ridicule, elle savait pas mal de mes failles.

Et puis même petit à petit ça me détendis et je fermais les yeux pour me reposer. Personne n'avait réalisé à quel point c'était difficile de lutter H24 contre tout ce qui me passait par la tête et lutter pour me remettre sur pieds. J'avais ordonné à mes médecins de ne pas dire toute la vérité à ma famille j'étais un miraculé sur beaucoup de plans et ça ils n'avaient pas besoin de le savoir. Selon eux j'étais même mort cliniquement sur la table d'opération quelques secondes. Bah peut être en tout cas, j'avais pas vu la lumière au bout du tunnel.

J'ouvris de grands yeux étonnés à la question de Charlie. Je ne m'étais jamais posé cette question en fait. Ca ne s'était jamais vu de vouloir qu'un pilote se tue en compétition surtout que le danger était trop grand que j'embarque un autre concurrent avec moi et du coup je vous dis pas le scandale.

"Non pas de risques là dessus. Il y a eu une enquête pour connaitre le pourquoi du comment, et il semble que j'ai pris un débris sur la piste en roulant , qui a sectionné un câble de frein. Nos voitures sont en carbone, le moindre débris c'est comme du rasoir...c'est la faute à pas de bol tout simplement. "

Je pause une question pour détourner le sujet loin de l'accident car finalement je n'aime pas trop en parler. Et bon ma question est pas trop intelligente mais je m'attendais pas cette réponse. Ce n'était pas drôle mais j'avoue que ricanais car ça me rappelais son côté maladroit. Et son amour pour les photos, enfin de là à manquer de faire le grand plongeon dans le grand Canyon..

"Une Charlie en mode crêpe, ça l'aurait pas fais je trouve. C'est marrant finalement on a pas trop changé, moi je réalise toujours pas que la vitesse est dangereuse et toi tu réalises pas ce qui t'entoure et surtout si tu as un appareil photo dans les mains."

Je la regarde se lever avec un phrase très philosophique à la clé. Clair que je préfère la voir devant moi là en cet instant que de la savoir incrustée dans un rocher au fond du Grand Canyon. Je me lève aussi, maintenant que je me suis reposé ça va, par contre je ne reste pas en bord de l'eau, j'y entre pour profiter de la fraîcheur.

"Le soleil est en train de se coucher, tu veux qu'on reste encore un peu? "

Par contre outch l'eau est vraiment fraîche et je ressors assez vite et me secoue juste à côté d'elle pour la mouiller en mode chacal avec un grand sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Samba


Emploi : Barmaid


MessageSujet: Re: 30/03 Lullaby [Charlie] Jeu 1 Nov - 14:52



LULLABY
Just give it one more try, With a lullaby, And turn this up on the radio, If you can hear me now, I'm reachin' out to let you know, That you're not alone...
J'ai un petit pincement lorsque je repense à toutes les photos qui croupissent, depuis quelques temps maintenant, au fond du Grand Canyon. Certes vaut mieux elles que moi mais ça me fait toujours bizarre de repenser à ce moment là. En plus, j'étais seule et pas vraiment en position de lutter si la chute s'était présentée. Bref, c'est du passé et je n'aime pas spécialement vivre dans le passé. Je préfère donc de ne pas m'étendre sur ce sujet et heureusement, comme à son habitude, Alek a le chic de passer littéralement à autre chose ce qui me fait complètement oublier ce petit incident.

D'ailleurs, c'est tout aussi subtilement qu'il zappe son accident de la conversation. Je ne relève pas, après tout, je peux comprendre qu'il n'ait pas envie d'en reparler. Je finis par me relever et je quitte mon rocher pour retourner auprès de mes affaires. Le temps s'est sensiblement rafraîchi étant donné que la nuit est sur le point de tomber et que nous sommes sous les arbres, au bord de l'eau. Alors que j'enfile mes vêtements en poussant un léger soupir de satisfaction en sentant leur contact sur ma peau, Alek me demande si je veux qu'on reste encore un peu ou pas.

Je finis d'enfiler mon haut et je réfléchis quelques secondes avant de lui proposer, sourire sur le visage.

- Si tu veux, on peut aller prendre un truc à manger et je connais un endroit sympa en ville ou on peut voir toutes les lumières briller dés qu'il fait nuit...

Je tire sur mon haut pour le remettre correctement en place et je croise les bras. Je ne sais pas si il va accepter, il a peut-être autre chose de prévu en plus mais je dois avouer que ça serait une façon assez sympa de terminer cet après midi déjà bien agréable...

- C'est toi qui vois. Je propose, tu disposes. Si tu veux rentrer à l'hôtel, tu me le dis et je te ramène.

Je lui jette ses affaires alors qu'il s'approche de moi afin qu'il puisse, lui aussi, s'habiller. Je frissonne alors que le cri d'un animal se fait entendre un peu plus loin dans la forêt. Je n'arrive pas à deviner de quel animal il pourrait s'agir... j'ai toujours aimé observer la nature et tout ce qui m'entoure. J'ai toujours été comme ça, simple et sans prise de tête.

Alors que Alek termine de s'habiller, je décide de balancer mon dernier argument, celui qui peut le décider à m'accompagner.

- Tu verras, une fois les lumières de la ville allumer, tu auras comme la sensation d'être à L.A....

Bon je sais, pour le coup niveau argumentation je ne m'en sors pas mais tant pis. Si il veut rentrer, je le ramènerai ce n'est pas un soucis... mais ça me ferait tellement plaisir qu'il me réponde "d'accord"...

code by bat'phanie
[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Samba


Emploi : Pilote de course


MessageSujet: Re: 30/03 Lullaby [Charlie] Sam 3 Nov - 19:37

Je remets mes fringues et je regarde encore une fois lieu, se serait bien que j'arrive à me rappeler comment y aller tout seul. J'éclate de rire quand j'entends sa proposition, je la connais donc je sais qu'elle ne pense pas avec un esprit tordu comme le mien.

"Dis tu me sors le grand jeu dis donc? mais je ne suis pas un homme facile miss Miller, vous ne m'aurez pas si facilement dans votre lit."

Non mais franchement le coin romantique, plus là le coup de voir les lumières la nuit. Si c'était moi qui avait fait on aurait direct parlé de plan drague et on aurait eu raison. Mais franchement j'aurais parié ma Dodge que Charlie était loin d'avoir ça en tête, ou alors elle avait plus changé que ce que je pensais. Plus elle continuait à parler plus elle me faisait rire donc je décidais de faire le con...bon j'allais me faire remettre en place rapidement mais je ne pouvais pas rester sérieux.

"Tant que tu me ramènes avant minuit ça va car sinon la méchante fée m'a dit que je me transformerais en carpeau. "

Ahhh les contes de fées, les trucs censés faire rêver les petites filles. J'en avais lu certains à ma nièce quand j'étais là pour la garder et à chaque fois je trouvais ça très con mais elle était très fifille donc en tonton gâteau je me pliais à ce qu'elle voulait. Heureusement que mon frère avait eu la brillante idée d'en faire deux et d'avoir un garçon ça me sauvait un peu. En fait le troisième était en route, c'était marrant il avait autant de gosses que moi j'avais des titres de champions. Par contre utiliser l’argument Los Angeles n'est pas très malin car ma ville me manque et ça me rendrait plus nostalgique qu'autre chose.

Maintenant que j'allais mieux, peut être que je pourrais me permettre d'y retourner mais il fallait que je sois blindé mentalement car les vautours n'allaient pas me lâcher là bas...ouais ma mère faisait partie de ces rapaces. Excusez moi de ces charognards, ça lui allait mieux je trouve.

" L.A me manque trop en ce moment , mais ok pour aller manger quelque part. Et après on se prendra un glace en bord de mer. Tant que je me fais pas gauler je peux en manger donc je vais pas m'en priver. "

Une fois que j'avais terminé de remettre mes chaussures, on se remit en direction de son épave euh ..voiture pardon, voiture. Je m'installais et je la laissais conduire pour qu'on revienne en ville. En général je demandais aux gens si je pouvais conduire moi car je me sentais plus en sécurité mais là je pense que sa voiture n'aurait pas pu tenir le choc donc je restais sagement à ma place de passager. Charlie conduisait bien, pas assez vite à mon gout mais c'était bien, on arriva en ville vivants donc c'était bien non?

Comme à chaque fois il y avait toujours de l'animation dans cette ville le soir. Des gens partout, de la musique. Je ne pouvais pas nier que les latinos savaient mettre de l'ambiance. J'espérais que Charlie savait où aller car moi j'en avais aucunes idées.

"Dis moi que tu sais où aller ...on serait à L.A je saurais ou t'emmener mais ici non.. d'ailleurs tes parents sont toujours là bas? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Samba


Emploi : Barmaid


MessageSujet: Re: 30/03 Lullaby [Charlie] Lun 5 Nov - 11:24



LULLABY
Just give it one more try, With a lullaby, And turn this up on the radio, If you can hear me now, I'm reachin' out to let you know, That you're not alone...
Apparemment, ma proposition fait rire Alek puisqu'il ne cache pas son éclat de rire. Au début je ne comprend pas pourquoi il réagit comme ça et je suis à deux doigts de me vexer quand je percute que ma proposition ressemble tout bonnement à un plan drague, une invitation à du plus si affinités. Je déglutis et je me sens complètement stupide mais je ne perd pas pour autant ma répartie.

- Ne t'en fais pas Wilson, je ne te ferai pas le plaisir de te sauter dessus. Je marque une pause et je lui donne un léger coup d'épaule. - Serais tu encore sensible à mon charme ?

Je le taquine, ne vous enflammez pas ! Bon c'est sûr qu'en y regardant de plus près, entre le coin caché à la petite cascade, à l'abri des regards et ma proposition d'aller manger un bout et d'aller voir les lumières depuis le haut d'une colline, ben ça peut fortement porter à confusion. Je ne suis pas du tout du genre à draguer, en fait j'attend plutôt de voir si la personne en face est réceptive avant d'essayer de tenter quoi que ce soit et là, avec le passé commun qu'on a tout les deux, le draguer n'était pas du tout mon objectif premier.

Je lève la main gauche et je pose la droite sur mon coeur lorsque Alek me fait savoir que tant que je le ramène avant minuit, pas de soucis.

- Promis, juré, tu seras rentré avant que ta transformation en crapeau.

D'ailleurs, il faudra qu'on m'explique c'est quoi le délire avec les histoires de crapauds qui se transforment en prince dés qu'une fille les embrasse. Il faut bien avouer que c'est plutôt étrange comme principe et je suis sûre qu'avec tout ça, plein de pauvres batraciens ont été traumatisé. Enfin bref, là n'est pas le sujet du soir. Une fois qu'on est tout les deux secs, habillés et dispos, on quitte la petite cachette et on retourne à ma voiture. En parlant de L.A je savais que la balance allait pencher de mon côté, mais ça, chut, c'est mon petit secret.

Une fois dans la voiture, je coupe l'autoradio et je prend une profonde inspiration alors que l'air chaud de Cuba vient s'engouffrer dans l'habitacle. J'adore cet endroit, tout me plait ici que ce soit les odeurs, les couleurs et le temps... Même les gens sont agréables même si ils sont parfois trop insistants pour vous faire danser la salsa. D'ailleurs, voyant mon niveau pathétique, j'ai commencé à prendre des cours, mais ça aussi c'est mon secret.

Le trajet retour se fait dans le silence, on échange quelques mots mais je crois que lui comme moi, on est plus concentré sur le paysage qui s'offre à nous. Déjà que c'est très beau la journée, alors là, avec le soleil qui se couche et les couleurs qui changent, c'est encore plus féerique.

On ne tarde pas à arriver en ville et c'est déjà bien vivant. De la musique nous parvient depuis les différents bars qui sont ouverts presque tout le long de la rue. Des éclats de rires nous accueillent, des gens nous saluent même. Alek me demande si je sais où on va, je souris. Il ne veut pas qu'on le reconnaisse, ce que je comprend et je sais très bien où est-ce qu'on va aller pour éviter qu'on le voit.

Je tourne à gauche et la voiture s'engouffre dans une petite rue qui ne paye pas de mine. Rapidement, je trouve un endroit où me garer et je fais signe à Alek de quitter la voiture. Sans un mot, je lui prend la main pour le guider dans la rue. Il y a plein de restaurants, mais celui qui m'intéresse n'est pas là, il est encore un peu plus loin et pour le rejoindre, il va falloir grimper quelques marches.

Il nous faut une bonne dizaine de minutes pour arriver en haut mais une fois arrivés, on est très vite récompensé pour l'effort qu'on vient de fournir. Un petit restaurant cubain typique, en haut d'une petite colline qui surplombe la ville et avec vu sur l'océan. Je me tourne vers Alek et je lui souris.

- Et voilà mon deuxième endroit préféré de la ville...

D'ailleurs, le propriétaire me reconnaît rapidement et me fait signe de m'approcher. Je fais signe à Alek d'attendre quelques secondes et je me met à échanger en espagnol avec l'homme qui m'indique une petite table et des bancs en bois un peu plus loin. Il retourne dans le petit restaurant et je fais signe à Alek de venir me rejoindre.

- Il va nous préparer plein de choses que tu vas pouvoir goûter. Tu m'en diras des nouvelles.

Je m'installe sur un banc, je pose mes coudes sur la table et mon menton dans mes mains. Mes yeux se perdent vers l'horizon et je ne peux pas m'empêcher de me dire que je ne sais pas si je serai capable de partir d'ici un jour.

code by bat'phanie
[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Samba


Emploi : Pilote de course


MessageSujet: Re: 30/03 Lullaby [Charlie] Mer 7 Nov - 13:46

Je vois bien que ma répartie l'a un peu déstabilisé et c'était le but recherché. J'aime bien déstabiliser les gens, voir dans leur regard qu'ils se demandent si je suis sérieux ou pas. Et si mes souvenirs sont bons c'est un truc très facile à faire avec Norah. Et je dis bravo madame car elle a bien répondu, mais à sa question je décide de pousser le bouchon plus loin. Ouais ouais je sais c'pas sympa mais franchement vous allez pas me faire un procès pour ça, et puis j'ai jamais dis que j'étais un gentil garçon.

"Bien sur Norah , comme si tu ne le savais pas. "

Je restais très sérieux tout en disant ça. Y'avait il une part de vrai là dedans? Surement car souvent dans mes propos il y avait toujours une part de vérité, le plus dur était de savoir si cette part était importante ou pas. Un truc de vrai c'est que j'aimais bien retrouver cette complicité entre nous avec l'humour.

"Au pire si tu arrives pas , fais juste gaffe que je me fasse pas écrasé par une voiture ou embrasser par des moches...bref ai un peu de pitié pour le batracien que je serais devenu et promis je serais pas venimeux pour toi. "


Le problème quand j'étais à l'aise avec quelqu'un c'est que d'un coup j'étais une autre personne. Plus souriante, avec plus d'humour. Non non je n'avais pas une double personnalité mais j'avais dû me façonner une personnalité pour l'image publique qui était bien loin de qui j'étais réellement. Sur le trajet qui mène à la ville, je prends mon téléphone pour prendre des photos. Il fonctionne plus pour appeler cette merde mais photos ça il sait encore faire. C'était vraiment très beau, fallait être bête pour ne pas le reconnaître. Mais ça ne valait pas ma Californie.

Norah semble savoir où aller vue qu'elle va se garer dans une petite rue et là m'indique qu'il faut monter des marches...great...en fait je pense qu'elle veut me tuer. Ce n'est pas que je ne veux pas mais c'est que j'ai quand même du mal à monter des escaliers et d'ailleurs on met un petit moment pour arriver en haut. Je vous dis pas à quel point j'ai les nerfs de me sentir diminué, j'essaie de ne pas le montre à Norah, mais je suis réellement furax. J'aurais peut être dû être plus explicite en lui disant que j'étais encore diminué et que je ne pouvais pas trop faire d'efforts sans avoir mal.

Bon comme je suis du genre têtu j'étais arrivé en haut mais je ne réalisais pas de suite que c'était beau, fallait déjà que je calme. Ca mit quelques secondes. Ce qui est bien c'est que le fait qu'elle aille voir le patron me laisse le temps de faire retomber mon énervement. Quand elle revint vers moi, j'avais retrouvé mon sourire. On se dirige donc vers la table qu'il nous a indiqué pour nous installer.

"Faudra juste lui dire rien de trop épicé, ça m'est interdit. "


Je souris à voir Norah si admirative du paysage, là je savais qu'en cet instant elle ne calculait même plus que j'étais là. Ce n'était pas grave.

"Tu aimes vraiment Cuba on dirait? Si j'ai bien compris tu as beaucoup voyagé donc pourquoi aimer cet endroit plus qu'un autre? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Hola, Mi nombre es
Contenu sponsorisé
half of my heart is in Havana




MessageSujet: Re: 30/03 Lullaby [Charlie]

Revenir en haut Aller en bas

30/03 Lullaby [Charlie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Ornithology, Charlie Parker
» Charlie Parker : Bird/The Savoy Recordings (Master Takes) (1944-1948)
» Charlie Parr à Paris, le 19/2
» Charlie Parker
» Tablature Ruby - Charlie Mac Coy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Havana, ooh na-na :: 
Little Havana
 :: ღ Vamos a la playa :: Plages et criques
-