AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[28 mars] Les entremetteurs - Aaron & Jane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Samba

Emploi : Etudiante


MessageSujet: [28 mars] Les entremetteurs - Aaron & Jane Mer 8 Aoû - 21:37


Depuis plusieurs semaines, Rose n'avait qu'un nom à la bouche, et en bassinait Jane inlassablement : Steve, Steve, Steeeeve. C'était le batteur d'un groupe dont le nom restait totalement flou pour la Watson, mais qui apparemment se produisait de plus en plus dans les clubs alentours, et commençait à avoir un certain nombre de groupies, dont sa meilleure amie.
Pourquoi pas, après tout... Jane n'avait rien contre la musique, si les paroles restaient suffisamment respectueuse du genre féminin, et que le rythme était entrainant. La blonde aimait danser, et ce depuis qu'enfant, elle avait pris des cours de classique - depuis, la fluidité de ses mouvements n'avait pas manqué de se faire remarquer chez les pompom girls et dans les soirées étudiantes aux sons plus hétéroclites.
Jane avait donc promis à Rose de l'accompagner ce soir-là dans un pub musical, où une piste serait aménagée pour les accueillir. L'ambiance promettait d'être bonne, et plusieurs connaissances des deux jeunes filles avaient décidé d'accompagner - une rumeur voulait même qu'un célèbre instagrammeur se mêle à la fête, encourageant les jeunes du coin à l'y rejoindre et à en faire "the-place-to-be" pour la soirée.

    - Je met la rouge ou la bleue ? Demanda la rousse à son amie, qui étudia la question avec le plus grand sérieux. La bleue a plus de décolleté...


Jane était réputée pour ses bons conseils, et elle tenait bien à aider son amie à séduire son Steve une bonne fois pour toutes ce soir, histoire que leurs conversations deviennent un peu plus croustillantes.

    - La rouge, décréta la Watson. La bleue jure trop avec tes cheveux, et la rouge est tout ce qu'il faut de mystère et de passion !


Et même si Jane ne savait pas vraiment ce qu'il en allait de cette dernière catégorie, ne l'ayant jamais elle-même éprouvée, elle savait néanmoins que les hommes y étaient tout particulièrement sensibles. Elle enfila un jean légèrement déchiré, juste assez pour faire fashionable, sans être trash, des talons hauts, et un top à paillettes qui s'accordait parfaitement pour donner à sa tenue un peu de classe, et de féminité.
Un regard dans le miroir pour valider son choix lui apprit qu'elle avait en effet bien misé... Ce pantalon épousait parfaitement ses formes, et la brillance de son haut rehaussait ses prunelles pétillantes. Rose approuva d'un signe de tête : Jane était incontestablement une jolie jeune femme, qui allait faire des ravages, allumant sans se mouiller, puisqu'elle avait un petit ami qui justifiait une conduite élusive.

L'entrée des demoiselles dans l'endroit du concert fut en effet remarqué et apprécié, et Jane fut instantanément enchantée par la musique : à peine lui avait-on indiqué la direction du service qu'elle s'élançait avec Rose au milieu des tables, pour se rapprocher de la scène. Elle chercha immédiatement des yeux le batteur, et sourit à son amie, pour lui montrer qu'elle était désormais dans le cœur de son secret, qu'elle mettait enfin un visage sur le prénom tant adoré. Ce n'est qu'en tournant de nouveau son regard pour observer le groupe qu'elle se figea en croisant celui du chanteur.
Le tatoueur ?

    - Qu'est-ce qui se passe ? La questionna Rose, soudain inquiète de son teint brusquement devenu livide. Il y a quelque chose qui va pas ?
    - Non... Marmonna la blonde, dont l'expression désormais froide découragea un dragueur qui tentait une approche. Je le connais...
    - Steve ? S'exclama tout de suite la pauvre fan, qui ne savait plus comment gérer son excitation et son désarroi mêlés.


Jane soupira, avant d'expliquer à son amie qui était le chanteur, dont elle avait déjà entendu des échos, par les maintes complaintes que la Watson avait formulées à son sujet depuis des jours. Et contre toute attente de Jane, Rose en parut ravie, comme si elle n'avait pas vraiment compris, même après que la blonde lui ait exposé deux adjectifs le définissant, qui n'étaient pas tellement engageant.

    - Tu le connais, ça veut dire que tu peux m'arranger le coup ! S'il te plaiiiit, supplia-t-elle jusqu'à ce que Jane accepte de rejoindre la file d'attente des prétendantes transies, dans l'espoir d'obtenir un petit mot après le show.


Bien contre sa volonté, et avec sa motivation clairement affiché dans son attitude, qui contrastait douloureusement avec celles qui l'entourait, Jane attrapa le bras de son ennemi juré pour l'arracher à ses rivales avec un arrogant : "je dois te parler" qui fit frémir de jalousie toutes ces inconnues qu'elle trouvait bien idiotes.
Si elle n'avait plus de séquelles physiques de son accident, cette proximité lui rappela néanmoins ce qu'elle avait osé - ou pas - ce jour-là, et son estomac se serra un peu à cette pensée, tandis qu'elle mettait la main sur le jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Rumba


Emploi : Tatoueur
Localisation : Sur l'île


MessageSujet: Re: [28 mars] Les entremetteurs - Aaron & Jane Ven 10 Aoû - 22:28



Les entremetteurs


Depuis la soirée au Manhattan, le groupe dont faisait parti intégrante le tatoueur, ne s'arrêtait de jouer que très rarement. Sollicité par plusieurs clubs ils s'adonnaient à la musique depuis plusieurs soirs non stop. Si bien qu'il n'avait plus vraiment le temps de penser aux jours qui venaient de s'écouler, passant ses journées au salon, ses soirées à répéter et  à jouer avec le groupe. Et c'était tant mieux car la furie avait été chassée de son esprit depuis le fameux jour de l'accident. D'ailleurs, il s'était demandé le lendemain comment elle avait prit la lettre qu'il avait écrite suite à la signature qu'elle avait apposé sur le bas de la feuille. Il aurait aimé en savoir plus mais n'ayant pas eut de retour, il espérait au fond de lui qu'elle ait fait un séjour involontaire en psychiatrie ou il ne savait trop où afin de lui donner une leçon bien mérité.

Donc, ce soir là, ils devaient passés la soirée dans un nouveau club. Le groupe n'avait pas encore de nom, vu qu'ils n'y avaient pas eut de discussion la dessus. D'ailleurs, il y songeait depuis quelques jours. Vu que ça devenait sérieux entre eux, le mieux était d'avoir une identité qui leur permettait de se faire connaître en tant que groupe et non an tant que Aaron et ses musiciens. Ce qui ne lui déplaisait pas sauf qu'il n'était pas seul et cette présentation le mettait mal à l'aise.  
Il y avait plusieurs groupes ce soir là, Aaron passait en deuxième, il ne présentait que deux morceaux afin de se faire connaître dans un premier temps. C'était une sorte de battle entre genre nouveaux qui seraient choisi en fonction de toutes sortes de critères. Le groupe préféré aurait droit de jouer de nouveau et aurait la possibilité de revenir chaque week-end durant un mois plus d'autres avantages qui pourrait lancer le groupe dans plusieurs villes autres que Cuba, voir même dans le monde. Pour l'instant il fallait qu'il choisisse les bons morceaux à jouer pour captiver l'attention et obtenir le plus de voix surtout féminines

-Celle là était bien passé au Manhattan ..Laureen avait raison, c'était la dernière que Aaron avait écrite et Mila l'avait aimé -Ok on joue celle là et il en faut une un peu plus douce.. Il regarda les titres et chacun d'eux se mirent d'accord sur un même morceau -C'est bon, on y va ! Se tapant dans les mains entre les uns et les autres, ils montèrent sur scène à l'énoncer de leur nom. Le groupe se mit à jouer leur premier titre



Qui visiblement plut car certains bougeaient en rythme et d'autres tapaient dans leur mains. Il y eut beaucoup d'applaudissements lorsqu'ils eurent terminé leur premier titre, et enchaînèrent de suite sur le suivant



Plus douce, plus sensuelle dont le timbre de voix du tatoué était largement mis en valeur par les intonations douce et changeante de la mélodie. Le public c'était assagi et lorsqu'il eut terminé il y eut de nouveau des applaudissements, des sifflets et des demandes de recommencer. Mais le groupe devait arrêté là. Lorsqu'ils sortirent de scène, ils furent envahit par une troupe de jeunes femmes et de jeunes hommes qui voulaient les rencontrer, leur dire qu'ils avaient aimés, et certains même voulaient leur autographe. Ce qui était bizarre en soit, mais flatteur. Aaron eut droit à encore des numéros de certaines filles lorsqu'il se senti happer par une main sur son bras. Interrompant sa discussion avec une belle brune tout à fait à son goût surtout au niveau de la belle poitrine qu'elle lui avait mit sous le nez, il parut mécontent tout en suivant malgré lui la jeune femme qu'il n'arrivait pas à distinguer vu qu'elle était de dos et paraissait terriblement sexy dans sa tenue aguicheuse -QUOI ?! Cria-t-il agacé d'être interrompu de la sorte. Lorsque la jeune femme se retourna il resta scotché .. il ne s'attendait pas à la voir -Qu'est-ce tu veux ? Demanda-t-il avec lassitude en croisant les bras contre son torse -Tu m'as  dérangé là j'étais sur un bon coup au cas où t'aurais pas vu … son regard parcouru le corps de la blonde cherchant à voir si elle n'avait pas des restes de séquelles suite à son accident -Ils t'ont laissés sortir ? Dommage .. fit-il un sourire en coin mais rempli de déception.


codage par Laxy Dunbar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://havana-ooh-na-na.forumactif.org/t634-khan-aaron-mes-creat

avatar

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Samba

Emploi : Etudiante


MessageSujet: Re: [28 mars] Les entremetteurs - Aaron & Jane Sam 11 Aoû - 8:10

Jane fusilla Aaron du regard, cette expression dénotant avec sa tenue, mais lui donnant un air particulièrement sauvage qui aurait pu plaire à certains. De toutes les demoiselles de la soirée, la Watson était sans doute celle qui était le plus couverte, avec son pantalon de jean, et son haut qui soulignait sa taille fine, sans pour autant montrer son ventre... Mais elle n'en était pas pour autant la moins sexy, bien au contraire. Elle savait se mettre en valeur, l'air de rien, mine de demoiselle innocente, avec un maquillage parfaitement étudié pour ce rôle également.

    - Oh, commence pas à me hurler dessus ! Commença-t-elle, en ne se laissant pas démonter par l'air énervé de son interlocuteur. Après tout, elle y était habituée, à force. Cette fille a déjà couché avec tous les musiciens qui passent dans ce club, tu peux faire mieux que ça... Soupira Jane en jetant un regard à la brune, qu'elle avait repéré effectivement avec plusieurs groupes auparavant, trouvant ce genre de collectionneuses particulièrement repoussante, au contraire des hommes qui admiraient ses charmes. Et puis, cette façon qu'Aaron avait d'attirer les filles l'agaçait. Enfin, peut-être pas, ajouta-t-elle brusquement, en réalisant que sa déclaration pouvait être interprétée comme un compliment.


L'entrainant un peu plus à l'écart pour pouvoir lui parler, elle réalisa qu'un des videurs de la boite s'approchait d'eux, l'air inquiet, surement pour le chanteur, qu'il craignait de se voir harceler par une groupie folle. Jane fronça les sourcils et enroula ses bras autour du cou de son interlocuteur, pour faire semblant de danser avec lui, pour décourager le molosse de lui demander des comptes sur la manière un peu violente dont elle avait eu de l'accaparer.

    - J'viens te parler pour Steve, alors fais comme si tu étais content de me voir, lui ordonna-t-elle, en esquissant quelques mouvements fluides et naturels, et un sourire surfait. Après tout, il n'y avait aucune raisons évidentes pour un témoin extérieur qu'il refuse de se frotter à une beauté comme elle, à moins d'être gay... Quelques prétendants et prétendantes potentielles les observaient justement, en attente de voir s'ils avaient ou non une chance de prendre la suite. Mon père est médecin, son diagnostic compte plus qu'un gribouillis signé après un possible traumatisme crânien du au choc... Soupira-t-elle, avec une lueur malicieuse dans les yeux. Mais c'était bien essayé.


Elle avait eu un petit moment de stupeur et d'angoisse en découvrant ce message qu'il lui avait fait signer malgré elle... Et elle était bien déterminée à ne plus jamais lui faire confiance en ce qui concernait son bien-être personnel, bien qu'elle soit obligée de passer par lui pour arranger le coup avec sa copine.

    - Le show n'était pas mal non plus, avoua-t-elle, en prenant une expression plus sérieuse. Jane n'avait guère fait preuve de bon caractère devant Aaron jusqu'à présent, mais elle ne manquait pas d'honnêteté en vérité. Tu as une voix agréable, quand tu ne grognes pas comme un ours.


Un mouvement de hanches gracieux finit de convaincre le videur d'aller voir ailleurs, et Jane sourit de soulagement : sa réputation aurait pu en être ternie, si elle s'était vue accusée de quoi que ce soit... Et elle ne pensait même pas à son petit ami, qui serait surement malade de déception.
Elle hocha la tête en signe de gratitude à l'égard du tatoueur pour ne pas s'être servis de cette excuse facile pour la rejeter, et accepter d'entendre sa requête, aussi ridicule ou étrange puisse-t-elle paraitre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Rumba


Emploi : Tatoueur
Localisation : Sur l'île


MessageSujet: Re: [28 mars] Les entremetteurs - Aaron & Jane Lun 13 Aoû - 14:56



Les entremetteurs


Aaron se laissait emmené sans qu'il ne puisse s'y opposé, il voulait au fond de lui, savoir ce que la blonde lui voulait. Peut-être venait-elle pour se plaindre du mot qu'il avait écrit le jour de son accident ? Peut-être venait-elle râler encore une fois sur lui pour x raisons ? Peut-être qu'elle venait simplement s'excuser du mal qu'elle lui avait fait ? Non, ça il n'y croyait pas trop. Il n'était pas aussi stupide qu'elle pourrait le croire et il comptait bien lui faire comprendre. Il dût hurler pour se faire entendre et elle riposta, visiblement agacée ce qui le fit sourire -Je hurle pour me faire entendre ! Dit-il en articulant, sous le même ton qu'elle afin de couvrir les bruits des voix et de la musique.

Lorsqu'elle lui parla de la brune qu'il venait de rencontrer et dont il était visiblement tombé sous ses atouts charmants, il tourna le visage vers elle la voyant discuter avec un autre musicien, roucoulant comme elle l'avait fait avec lui. Il haussa les épaules et regarda de nouveau la blonde – Et alors ? J'cherche pas à m'caser, j'veux juste prendre du plaisir. Affichant un sourire ravageur en coin, il plongea son regard noisette dans les yeux maquillés de la blonde.

Il s'était retrouvé au milieu de danseurs qui se balançaient dans un rythme langoureux, et sans qu'il ne s'y attende, encore, venant d'elle cela devenait une habitude, elle s'accrocha à son cou. Surprit, il plissa les sourcils et regarda par dessus son épaule, comprenant en voyant venir un des vigiles, qu'elle se protégeait en agissant ainsi. Voilà donc qu'elle avait peur ? Il sourit plutôt amusé et joua le jeu en plaçant sa main contre les reins de la blonde et la plaquant contre lui. L'autre main caressa son dos remontant jusqu'à son épaule dénudée qu'il effleura du bout des doigts – De Steve ? Demanda-t-il en souriant, ne comprenant pas trop où elle voulait en venir, mais il en profita pour pencher son visage vers son cou et venir respirer son parfum, murmurant ensuite tout près de son oreille -J'suis content d'te voir .. Son souffle chaud caressa son oreille et profitant sûrement de l'effet de surprise, il y déposa un léger baiser. Se redressant rapidement, il esquissa un petit sourire en repensant au mot écrit -C'était d'bonne guerre .. t'es sûr qu'ton père peut rien faire pour toi ? J'paris qu'tu dois avoir des troubles psychoquequechose par moment …. Petit haussement d'épaules avant de revenir au sujet qu'elle voulait abordé -Qu'est-ce tu lui veux à Steve ? Ton mec t'a quitté tu cherches un remplaçant ?

Le colosse c'était éclipsé lorsqu'il se rendit compte qu'il n'y avait rien de grave entre eux. Aaron en profita pour relâcher la jeune fille et se diriger vers le bar en l'entraînant avec lui, la prenant par le poignet -On sera mieux ici pour causer. D'un geste de la main, il demanda l'attention de la serveuse qui vint vers eux. Il parut surpris aux paroles de la blonde -Ironique c'que tu dis ? Avec toi j'sais pas vraiment quand t'es sincère... Une bière et pour toi ? Lui demanda-t-il en regardant Jane alors qu'on venait prendre sa commande -J'ai pas toute la soirée si tu pouvais faire vite, tu m'as fais louper mon coup avec la bombe brune, faut que j'retourne à la chasse, j'ai faim ce soir. Un sourire en coin étira ses lèvres alors qu'il portait sa bouteille de bière aux lèvres.


codage par Laxy Dunbar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://havana-ooh-na-na.forumactif.org/t634-khan-aaron-mes-creat

avatar

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Samba

Emploi : Etudiante


MessageSujet: Re: [28 mars] Les entremetteurs - Aaron & Jane Lun 13 Aoû - 20:46

Le sourire d'Aaron avait quelque chose qui ennuyait profondément Jane, et lui remuait l'estomac - d'animosité, sans doute. Elle le foudroya du regard, sachant pertinemment qu'il usait de mauvaise foi dès qu'il le pouvait avec elle, juste pour l'énerver... Et elle lui donnait malheureusement ce plaisir, ne pouvant contrôler son agacement, visible sur son joli visage renfrogné.
Sa remarque l'agaça plus encore, et elle leva les yeux au ciel avec une expression complètement désespérée : ce n'était pas la première fois qu'elle entendait ça de la part du jeune homme, et elle ne partagea pas son avis sur la question. Elle ne comprenait pas ces filles qui ne cherchaient que les relations sexuelles, et quel genre de bénéfices elles pouvaient bien en retirer, mis à part peut-être la courte gratification de plaire.

    - J'avais bien compris comment tu traitais les femmes... Tu parles d'un plaisir... Grogna-t-elle, pour elle-même, avant d'être coupée dans son élan de reproches lorsqu'il plongea ses yeux dans les siens. Elle baissa immédiatement les siens, troublée malgré elle, en oubliant ce qu'elle voulait dire sur le sujet, et toutes ses belles certitudes. Si elle s'était lancée à lui tenir le coup, il reprenait sans nul doute l'ascendant en l'attirant contre lui, et Jane se sentit comme un animal pris au piège, affolée, et en même temps, pas certaine de vouloir s'échapper. Elle ne le pouvait pas sans provoquer des soupçons, dans tous les cas. Tu... Tu n'es pas du tout convaincant, mentit-elle, alors qu'il chuchotait à son oreille, son souffle sur sa peau y provoquant un frisson trop agréable.


Le corps de la demoiselle la trahissait, d'une manière qu'elle n'avait jamais éprouvée, et elle se sentait paniquée à cette découverte, et surtout à l'idée qu'un homme tel qu'Aaron, qui semblait avoir l'expérience des femmes, puisse le percevoir et en jouer. Ses doigts se crispèrent sur sa nuque quand il déposa près de la sienne un baiser, lui faisant de nouveau goûter à ses ongles, d'une façon moins violence, et plus... Insistante, comme si elle avait voulu l'encourager à continuer.
Elle s'agrippait à lui par nécessité, parce que cette étreinte la rendait faible dans ses bras, et qu'elle était fatiguée d'être toujours la plus forte, telle que l'on attendait d'elle qu'elle le soit toujours - pour sa réputation, pour ses parents, pour son frère, pour son petit ami sans ambition propre. Un instant, elle ferma les yeux, avec l'envie de s'abandonner.

    - Je ne suis pas folle ! Protesta Jane soudain, en s'écartant légèrement, juste assez pour se libérer de cette emprise qu'il venait d'essayer de prendre sur elle, ses propos diffamatoires la rappelant à la réalité : ils ne se supportaient pas. Et non, mon petit ami ne me quitterait ja-mais. Elle appuya sur ce terme, pour montrer qu'elle reprenait les rennes, qu'elle était celle qui décidait dans sa vie. C'est mon amie Rose, la belle rousse, qui a un crush sur Steve... Et ils ont l'air aussi doués l'un que l'autre pour se l'avouer.


C'était un fait : le dénommé Steve donnait l'impression de fixer ses pieds avec plus d'attention que les filles alentours, et Jane était pourtant certaine que Rose lui plairait, s'il lui laissait une chance. Comme son frère, certains garçons avaient besoin d'être un peu secoués, d'avoir l'intervention d'un amie compétent dans le domaine, pour les pousser, et Jane comptait sur Aaron pour y voir le bonheur de son coéquipier batteur.

    - Non, c'est pas ironique... Soupira-t-elle en serrant les dents, regrettant aussitôt ses compliments. Tu ne peux pas avoir que des défauts, j'imagine. Une limonade grenadine, s'il vous plait... Commenda-t-elle, avec une expression de défi envers le jeune homme, qui ne manquerait surement pas de lui faire une remarque, puisque l'occasion se présentait de se moquer... Mais il ne pouvait pas lui reprocher d'assumer qui elle était, depuis qu'il s'était rencontré. Elle n'avait pas cherché une seule seconde à lui plaire comme toutes ses groupies, même si au fond, elle ne faisait peut-être que renier ses désirs. Tu es impossible... C'est vraiment affreux de parler comme ça. Le bonheur de ton copain pourrait te préoccuper plus que d'assouvir tes... Pulsions... On est pas des animaux pour penser qu'à... A... Enfin, à ça...


Le regard de la demoiselle était un peu fuyant, ne tenant pas à révéler trop de ses pensées, qu'elle maitrisait au possible pour ne pas qu'elles s'égarent sur des terrains glissants. Il m'agace, et il se croit clairement irrésistible... Il ne me plait pas du tout, je le déteste, même, se répéta-t-elle, à l'intérieur, pour bien se marteler cette idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Rumba


Emploi : Tatoueur
Localisation : Sur l'île


MessageSujet: Re: [28 mars] Les entremetteurs - Aaron & Jane Mar 14 Aoû - 9:56



Les entremetteurs


Le tatouer s'amusait du malaise qu'il provoquait chez la jeune femme. Par ses mots ou par ses gestes, il la sentait se raidir et s'énerver rapidement, ce qui ne faisait qu'augmenter son envie de continuer à la taquiner -J'traite les femmes avec respect et j'leur donne beaucoup d'plaisir .. d'ailleurs, elles en réclament plusieurs fois dans une même nuit... Avec toujours son petit sourire en coin, il fit glissé son index sous la bretelle de son haut, caressant sa peau, inclinant la tête pour regarder l'effet que cela lui faisait, le sentir aussi. Comme ses ongles qui, une nouvelle fois, vinrent s'enfoncer dans sa nuque. Mais cette fois il en éprouva plus un sentiment de plaisir que de douleur. Au fond, cette fille se donnait un air qui ne lui correspondait pas. Il sentait la réaction de son corps contre le sien, son raidissement, sa chair de poule, les frissons et le souffle qu'elle avait retenu alors qu'il s'était approcher de son oreille. Et ce simple constat lui plaisait énormément.

Volontairement, il éluda sa réponse au sujet de son état, qui, pour lui, n'était pas normal. Cette fille était une furie quand quelque chose ne lui plaisait pas, il en avait eut plusieurs fois la preuve à moins que … Prit d'un doute, il baissa les yeux et la fixa intensément tout en ondulant lentement son bassin contre le sien, essayant de suivre le rythme langoureux de la musique. Danser n'était pas une pratique qu'il faisait souvent, mais faire du sur place fallait pas sortir de science po pour comprendre le concept -Attends .. tu veux dire qu'ta folie c'est juste avec moi en fait ? Si c'est ça, tu dois être maso pour v'nir me voir au risque de te rendre encore plus folle que tu ne l'est .. ou alors tu dois aimer ça, être avec moi ? … Pour évité qu'elle ne riposte car il la sentit se raidir, il rit un bon coup, lui attrapa la main, se recula d'elle, la fit tourner sur elle-même et la reprit d'un geste autoritaire dans ses bras, tout en la plaquant avec fermeté contre lui. Il reprit un air moins souriant et leva les yeux au ciel -J'm'en fou d'ton mec, j'comprends juste pas pourquoi tu en parles tout l'temps alors que j'te vois jamais avec lui .. Hum ? À croire qu'il n'existe que dans ta tête.

Aaron regarda par dessus son épaule, cherchant la rousse prénommée Rose qui était l'amie de Jane. Il la vit non loin d'un Steve qui discutait avec les filles du groupe. L'une le dévorait des yeux et l'autre l'ignorait totalement. Le tatouer grimaça, il savait que Steve en pinçait pour quelqu'un mais il ne savait pas vraiment qui, les histoires de couple au sein du groupe il ne s'en mêlait pas – Okay .. je vois … Seulement, pour en parler il leur fallait un coin plus calme, et une fois qu'ils se sont retrouvés au bar et qu'ils ont commandé, une bière pour lui, une limonade pour elle, le brun avait emmené la demoiselle vers un coin plus calme de l'endroit. Une table isolée avec des banquettes rouges en velours. Il y prit place confortablement écoutant les dires de la Watson qui s'offusquait encore de ses propres mots à lui. Levant les yeux au ciel pour la énième fois, il soupira d'amusement -Arrête d'être coincée Watson tu vas finir par t'faire un saignement d'nez et tacher tes fringues ..

Prenant un air plus sérieux cette fois, il se pencha sur la table pour parler plus bas et surtout, pour qu'elle assimile bien les mots qu'il allait dire -D'une mon copain comme tu dis est assez grand pour s'choisir lui-même sa meuf. De deux, si j'viens à t'aider ce n'sera pas sans conséquence, de trois, si tu veux aidé ta copine, pas sûr que mes conditions te plaisent, mon aide n'est pas gratuite .. un sourire en coin étira une nouvelle fois ses lèvres, un clin d'oeil vint s'ajouter à son air désinvolte et son regard en disait long sur ses intentions. On pourrait croire qu'il jubilait intérieurement.


codage par Laxy Dunbar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://havana-ooh-na-na.forumactif.org/t634-khan-aaron-mes-creat

avatar

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Samba

Emploi : Etudiante


MessageSujet: Re: [28 mars] Les entremetteurs - Aaron & Jane Mar 14 Aoû - 10:41

La conversation ne plaisait pas à Jane, qui se sentait toujours isolée par le sujet... Comme avec ses copines qui ne cessaient de vanter les performances sexuelles de leur copain, et leur envie de l'inviter chaque soir dans leur lit. En ce qui la concernait, la Watson trouvait suffisant de satisfaire son petit ami une fois le week-end, et il n'en était que plus accroché à elle, estimant à juste titre la valeur de ce cadeau, la couvrant d'attention pour ne pas risquer de voir cette chance lui échapper. Non, la blonde ne faisait pas preuve d'un caractère irrationnel qu'avec Aaron, son amant en faisait aussi les frais, d'une autre manière.

    - Certaines fans sont certainement prêtes à tout pour flatter ton égo... Soupira-t-elle, assaillie par les doutes que provoquaient dans son ventre le contact autoritaire du jeune homme. Elle voulait... Elle ne savait pas exactement, mais ce désir devenait presque douloureux, rendant la situation difficile à supporter dans ces conditions. Je-ne-suis-pas-folle ! Répéta-t-elle, en le foudroyant encore une fois du regard, obligée pour cela de tourner son visage vers le sien, ce qui n'améliorait guère son malaise. Elle se mordit la lèvre inférieur pour s'empêcher de céder à la pulsion de l'embrasser, juste pour le faire taire. Tu me dégoûtes, conclut-elle dans un souffle, avec un ton qui traduisait presque le contraire, malgré elle. Je veux juste aider Rose, se justifia la blonde, en fixant de nouveau un point derrière lui, sans vraiment le voir, tant son esprit se focalisait sur la pression de ses mains sur ses hanches.


Elle éprouva un soulagement indescriptible lorsqu'il s'écarta enfin, sans pour autant la lâcher, et un frisson d'énervement lui parcourut la nuque. Pour qui la prenait-elle, à mentir sur sa relation ? A vrai dire, elle avait bel et bien l'impression parfois de n'être qu'une fraude... Son couple était peut-être plus faux qu'elle ne voulait l'admettre, et Jimmy le lui avait sous-entendus plusieurs fois, sans qu'elle ne veuille écouter les conseils d'un garçon qui n'avait jamais connu la proximité d'une fille.

    - J'en parle tout le temps parce que je... Commença-t-elle, incapable d'aller plus loin. Elle ne pouvait pas mentir en disant qu'elle l'aimait, bien qu'elle aurait voulu afficher ce genre de bonheur devant Aaron, juste pour lui faire ravaler ses méchancetés, une fois pour toutes. Parce qu'il pourrait t'écraser comme un cloporte, si je lui demandais, finit-elle par dire avec assurance, consciente cette fois-ci d'évoquer une vérité incontestable.


Son petit ami était extrêmement musclé et entrainé pour éliminer d'un coup d'épaule ses adversaires sur le terrain... Et il faisait tout ce qu'elle lui demandait, sans poser de questions, de peur de la perdre. Si elle se fichait complètement de qui il était au fond, tant qu'il gardait sa popularité, lui était nettement plus amoureux et attentionné, lorsqu'elle lui laissait l'opportunité de l'être - son indépendance le rendait souvent inquiet, ou du moins perplexe.
Jane suivit le tatoueur sur les banquettes rouges et s'y installa gracieusement, avec le naturel que lui conférait des années à jouer la princesse, séductrice mais inaccessible, à une distance raisonnable du brun, pour retrouver un peu de son pouvoir, qui lui échappait lorsqu'il était trop près.

    - Je suis fière d'être coincée, si cela signifie que je me tiens à l'écart de ton lit, déclara la demoiselle avec aplomb. Parce que ce n'est surement pas toi qui me ferait saigner du nez, insista-t-elle, en trouvait l'image assez ignoble pour lui arracher une grimace. Qu'est-ce que tu veux ?


Bien entendu, il mettait des conditions sur son aide... Elle aurait du s'en douter, et regrettait déjà d'avoir accepté les suppliques de son amie. Bien sur, elle était loyale et généreuse, mais elle ne tenait pas non plus à se rouler dans la boue pour que Rose puisse avoir son flirt. Un nouveau coup d'oeil à Steve lui fit hausser les épaules... Aaron avait beau dire ce qu'il voulait pour sauver l'honneur de son pote, le batteur n'avait pas l'air du genre à pouvoir emballer tout seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Rumba


Emploi : Tatoueur
Localisation : Sur l'île


MessageSujet: Re: [28 mars] Les entremetteurs - Aaron & Jane Mar 14 Aoû - 13:59



Les entremetteurs


C'était tellement amusant de la voir s'enfoncer comme elle le faisait, dans ses explications qui au final ne menaient à pas grand chose. Aaron la trouvait amusante quand elle le voulait, bien malgré elle d'ailleurs. C'est pourquoi, il insistait en appuyant sur les points sensible qu'il avait remarqué, attirant les foudres de la blonde. Le sexe, la nudité, la frigidité tout ce qui concernait le plaisir de la chaire était tabou -Peut-être .. tu pourrais me donner ton avis alors, toi qui a l'air si objective. Un sourire en coin ressurgit. Il aurait pu éclater de rire tant la situation devait la mettre mal à l'aise.
Son état mentale aussi était sujet à la rendre colérique. Si bien, qu'il en rit une nouvelle fois. Décidément cette soirée paraissait plus amusante qu'il ne l'aurait espéré.

Il la dégoûtait d'après ses dires ? Pourtant à voir le rosé sur ses joues alors qu'il avait été si proche de l'embrasser et qu'elle n'avait pas vraiment réagit pour le repousser le faisait douté. Magistralement sûr de lui et de l'effet qu'il lui faisait, il s'en amusa une nouvelle fois, il avait même été proche de sa bouche, à deux doigts d'y coller un baiser pour qu'elle se taise et qu'elle avoue qu'il lui faisait mouillé la culotte. Il n'en fit rien, il avait une autre idée en tête bien plus cruelle que celle-ci. Un dilemme en soit qui prouverait sa loyauté envers sa soit disant amie – Parceque tu crois qu'ton mec m'fait peur ? T'es sérieuse là ? Lui avait-il dit avec un air complètement surpris et interrogateur -Il fait quoi déjà ? Joueur de foot  ou un truc du genre ? J'ai passé du temps dans un endroit ou il y avait pire que ça, alors ton pseudo boy friend même si il arrivait à m'en coller une, il passerait un sale quart d'heure...

Elle avait aussi cette façon d'être quand il évoquait le sexe qui la rendait mal à l'aise voir agressive. Le sexe était pour elle un sujet aussi tabou que la nudité ou même les tatouages. Pourtant, Aaron sentait qu'elle pouvait très bien apprécié les deux si elle arrivait à se décoincer sur ces deux sujets. Il passa outre les dires de la jeune fille voulant aller cette fois droit au but. Après lui avoir dit clairement que sa demande ne serait pas sans conséquences, et malgré la curiosité de la demoiselle, elle lui demanda ce qu'il voulait. Laissant volontairement un blanc planer au dessus de leur table et tout en plongeant son regard de braise sur la silhouette fine de la jeune femme, il cherchait ainsi à la mettre une nouvelle fois mal à l'aise. Et alors qu'il sentit qu'elle pourrait s'échapper et laisser tomber parce qu'elle avait cette faculté à trouver une porte de sortie pour se dédouaner sur l'effet qu'il lui faisait il lâcha la bombe – C'est toi que j'veux … Première surprise passé, il enchaîna sans lui laisser le temps de protester – Deux options … levant son index et son majeur, il posa ses coudes sur la table de façon à se pencher vers elle – Tu m'laisse te tatouer, j'choisi l'endroit de ton corps et tu choisis le dessin … ou … tu m'laisses te donner du plaisir selon mes règles... si Rose est comme tu dis ton amie, montre voir à quel degrés elle l'est .. et dis toi que j'sais comment faire en sorte que Steve et elle finissent ensemble... Un sourire en coin étira ses lèvres, il porta la bouteille de bière à sa bouche, en bu une longue gorgée son regard ne la lâchant pas des yeux.


codage par Laxy Dunbar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://havana-ooh-na-na.forumactif.org/t634-khan-aaron-mes-creat

avatar

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Samba

Emploi : Etudiante


MessageSujet: Re: [28 mars] Les entremetteurs - Aaron & Jane Jeu 16 Aoû - 17:12

Lui donner son avis ? Jane plissa les yeux, prenant un air un peu pincé. Il se moquait, elle perdait la main, et détestait ça. Et si elle avait envie de lui répondre qu'elle savait d'avance qu'elle ne prendrait aucun plaisir avec lui, les mots restèrent coincés dans sa gorge, gonflés de doutes : et si... ? Non, elle ne pouvait pas imaginer qu'il puisse lui faire un effet que son petit ami n'arrivait pas à lui procurer, avec toute la gentillesse dont il faisait preuve, alors que Aaron était juste un goujat. Et pourtant, rien que son contact provoquait en elle des sensations qu'elle n'avait jamais expérimentées, et qu'elle ne pouvait pas nier, même si elle ne lui aurait bien sur jamais avoué.

    - Je ne suis pas une de tes cruches pour tomber dans le panneau... Ton numéro de charme ne fonctionnera pas sur moi, déclara-t-elle, bien déterminée, quoiqu'il en soit, à ne pas céder à la tentation, si elle se présentait. Après tout, c'était ce qui la différenciait des filles de basse éducation, et elle les aurait volontiers aidé à le voir, juste pour que le tatoueur ne fasse plus autant de victimes qu'il l'espérait. Tu ne le connais pas. C'est le plus fort de son équipe... De l'université, même.


Elle se redressa un peu sur la banquette, en levant le menton d'un air fier. Et oui, son copain n'était pas n'importe qui... Elle était intriguée néanmoins de savoir de quoi parlait Aaron sur son passé, et qui l'avait un instant rendu plus sombre et agressif. Quoiqu'il en soit, Jane savait qu'elle préférait au fond que ces deux-là ne se croisent jamais, pour différentes raisons.

    - J'imagine que tu ne parles pas des bancs du lycée... Commença-t-elle, en s'efforçant de prendre un ton moqueur, sans y parvenir. Ce genre d'inégalités sociales ne lui semblaient pas une blague à faire, parce qu'elle oeuvrait souvent au profit de l'égalité, et qu'elle croyait énormément en cette cause. En vérité, elle tentait plutôt de lui tendre une perche, pour comprendre de quoi il parlait. Je ne connais aucune école de tatouage, constata-t-elle, ce qui aurait pu être ironique, encore une fois, mais qui n'était en vérité qu'une simple observation pour l'encourager à se confier, naïvement.


L'expression du brun changea une nouvelle fois, et Jane se mordit discrètement la lèvre inférieure en signe d'angoisse : elle ne savait pas vraiment à quoi s'attendre, mais elle sentait qu'Aaron lui préparait un sale coup sur ses conditions. En effet, sa première phrase lui tordit le ventre, et ses doigts se crispèrent sur son verre, risquant presque de le faire éclater.
Elle fronça les sourcils, le bleu de ses prunelles devenant plus profond, sous l'assaut direct de cette révélation, qui trouvait dans son corps un écho presque agréable... Et pourtant, elle n'en gobait pas un mot. La colère l'envahit quand il osa proposer des choix impossibles, se moquant clairement d'elle, sans l'intention de rien lui donner en échange.

    - Bah voyons... Tu veux... Me faire du mal, surtout, répliqua la blonde, et s'approchant au-dessus de la table, non sans une certaine appréhension. Encore une fois, leurs souffles se mêlèrent, et elle en éprouva un malaise délicieux, sachant parfaitement qu'elle ne s'abandonnerait pas à ce désir complètement irrationnel de ses lèvres. Je ne te laisserai jamais me toucher, Aaron, martela-t-elle, tout doucement, pour que seul lui l'entende, avant de s'éloigner de nouveau. Et puis, je n'ai aucune assurance que tu tiennes ton côté du contrat... Tu n'as pas été vraiment réglo sur la dernière chose que tu m'as fait signer.


Elle le toisa avec provocation, persuadée qu'il bluffait, tout le long. Il ne la voulait pas : il tenait juste à la déstabiliser, avant de la pousser à l'eau comme lors de leur première rencontre. Jamais plus elle ne pourrait lui faire confiance sans preuves de son honnêteté.

    - Faisons donc les choses à ma manière : tu m'aides, ou alors je trouverai un moyen de t'empêcher de fricoter avec la moindre femme tant que Rose n'aura pas eu sa part, déclara la Watson, avec beaucoup de sérieux et de détermination. Oui, elle était surement capable d'être la plus grande castratrice (symboliquement) de l'histoire de la Havane, si le brun ne lui accordait pas ce qu'elle réclamait. J'ai des contacts parmi les ecclésiastiques... Je peux commanditer un prête pour le salut de ton âme, si ça te dit. Ils n'ont pas grand chose d'autre à faire de leur journée que de suivre leurs brebis égarées.


Elle lui sourit, de manière tout à fait hypocrite, et pourtant charmante. A la voir ainsi, bien entendu, les religieux lui donnaient surement le bon Dieu sans confession, mignonne comme elle était, avec ses grands yeux clairs troublants, séducteurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Rumba


Emploi : Tatoueur
Localisation : Sur l'île


MessageSujet: Re: [28 mars] Les entremetteurs - Aaron & Jane Lun 20 Aoû - 13:39



Les entremetteurs


La facilité avec laquelle il la déstabilisait, il en éprouvait un plaisir presque malsain tellement c'était jouissif. Il pourrait passer des heures à jouer à ce jeu, sachant maintenant ce qui la rendait aussi gênée. Cependant, il préféra ne pas insisté pour ne pas qu'elle mette fin d'elle-même à cette partie de joute verbale, car à un moment, elle pourrait s'en lasser et perdre la face, alors que c'était tellement agréable de voir ses joues rosir sur son visage pâle. Rougir de colère et d'autres choses qu'il espérait venir de lui et de sa façon de la titiller sur un domaine bien précis. Et il en jouait avec sa façon de lui parler, de la regarder, de la provoquer. Si bien qu'elle ramenait sans cesse dans leur discussion son petit ami, comme si ça allait arrêté le tatouer sur ses intentions envers la jeune fille. Car il savait à présent ce qu'il voulait d'elle et d'une certaine façon, lui faire payer ce qu'elle lui avait fait subir ses derniers jours. Il éluda les paroles de la blonde d'un geste de la main, comme chassant l'air, bu une nouvelle gorgée de sa bière et reposa son verre.

Les paroles de la Watson l'atteignirent plus qu'il ne voulu le montrer. Parler de son passer de taulard n'était pas chose facile, même si ces années lui avaient ouvert les yeux sur ce qu'il voulait faire de son avenir. Ce furent ces années là qui lui firent prendre conscience de la valeur de la vie. Après que la vie lui ait prit celle de sa sœur. Et aujourd'hui c'est pour elle qu'il avançait. La Watson avait touché un point sensible à un détail près … En se penchant de nouveau, l'air plus sombre et le regard s'étirant en un trait fin, il la fixa longuement -Tu m'prends pour un débile ? J'ai été à l'école, pt'être pas la même que celle que tes parents te paient parce que les tiens sont riches, mais de toi à moi y'a pas grande différence, sauf que moi j'prends pas les gens de haut en leur crachant ma pseudo fortune au nez .. c'que tu fais trop souvent, mais cet argent qu'tu balances au grès d'tes envies, c'est ceux d'tes parents, pas l'tiens .. le jour ou t'auras ton propre fric en l'gagnant avec la sueur d'ton front, là tu pourras t'vanter …  t'as aucun mérite ma jolie … t'es juste une fille à papa prétentieuse, pourrie, gâtée … avec aucune gratitude envers tes géniteurs, juste bonne à jeter leur fric par la fenêtre ! Sa mâchoire se crispa longuement tout en la fixant. Il reprit sa respiration comme si il avait arrêté de respirer durant quelques secondes et se redressa ensuite, lui proposant l'impossible.

Une tactique encore une fois pour la mettre mal à l'aise, et se fut le cas. Mais ce qui amusa le brun c'est sur le fait qu'il ne pourrait jamais la toucher d'après ses dires -Pourtant, tu m'dois bien ça dois-je te l'rappeler ? Inclinant légèrement la tête, il se leva et se tournant en biais, il souleva la chemise qu'il portait ce soir là, une belle chemise sombre près du corps mettant ses formes athlétique en valeur. Ainsi, il dévoila le bas de son dos, montrant les marques de griffures qu'elle lui avait laissé et dont il restait quelques croûtes après cicatrisations – C'est donnant donnant … dit-il en ne la quittant pas des yeux. Il baissa de nouveau le tissu et reprit place sur le fauteuil rouge -J't'ai fais signé un papier vide, y'avait rien d'écrit dessus dans l'but de couvrir mes arrières .. qui m'dis que t'aurais pas été m'accuser d'abus ou d'attouchements ? Hum ? Après tout c'est toi qui t'es baladée dans mes bras sans ta ptite culotte, me montrant ce qui s'trouve entre tes cuisses et qui a tenté mon envie d'mec. Si j'avais pas été réglo j'aurais pu t'violer ce jour là et l'taisser dans un coin sans m'retourner après avoir pris mon pied, j'l'ai pas fais, j'suis pas comme ça. Il resta à la fixer attendant que ses mots la percute et qu'elle prenne conscience qu'il n'était pas un profiteur.

Par contre, les dernières paroles de Jane le firent bien rire -Tu crois qu'j'ai une tête à aller à l'église tout les dimanches ? Non mais tu m'as bien r'garder ? Tout en faisant tourner son index devant son visage pour le lui montrer, il resta amusé et effaré devant les paroles de la blonde -Tes caprices tu les fais avec tes parents, ou ton frère si ça t'chante, mais ça marche pas avec moi, okay ?! Tu veux aidé ta copine, j'te fais ça ici et maintenant. Tu veux pas d'tatouage, okay j't'en fais pas, mais crois pas que quand j'parlais de plaisir c'était une façon d'te dire que j'allais coucher avec toi, c'est pas l'cas … C'que j'ai en tête ne servira que toi et pas moi, maintenant tu veux pas .. Il leva ses deux mains en l'air et s'appuya contre le dossier du fauteuil -Libre à toi de partir rejoindre ta copine et de lui dire qu'il y a pas moyen qu'elle sorte avec Steve … Mais sache que tes menaces marchent pas sur moi ma jolie … Cuba est grand et des filles y'en a partout, j'me taperais qui j'veux, quand j'veux, ici ou ailleurs …  


codage par Laxy Dunbar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://havana-ooh-na-na.forumactif.org/t634-khan-aaron-mes-creat

avatar

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Samba

Emploi : Etudiante


MessageSujet: Re: [28 mars] Les entremetteurs - Aaron & Jane Mar 21 Aoû - 14:08

Pendant un instant, Jane revit défiler dans son esprit toutes les nuits où elle avait veillé tard pour compenser ses difficultés scolaires, où elle avait récité encore et encore ses leçons, réalisant bien que ses efforts étaient la seule façon de cacher ses déficiences. Ses paupières frémirent lorsqu'elle repensa à toutes ses journées passées à s'occuper de la cuisine et du rangement, parce qu'elle avait trop bon coeur pour laisser la femme de ménage tout faire, et que ses parents, travaillant, n'étaient jamais à la maison. La Watson avait toujours participé activement à tous les évènements de charité organisés par l'église, religieusement, avec soin et jamais d'hypocrisie. La fille que Aaron décrivait, ce n'était pas elle. Qui maintenant avait les plus gros et cruels préjugés ? Elle le fixa en silence, ouvrit la bouche, et la referma. A quoi bon ?
Elle avait surement sa part de responsabilité dans ces critiques, qui étaient assez violentes pour constituer des insultes à part entières.

La demoiselle baissa la tête, se recroquevillant légèrement sur elle même, enfonçant ses ongles dans ses propres genoux, et mordant ses lèvres pour s'empêcher de pleurer. Si c'était ainsi que le brun la voyait, elle n'avait plus rien à ajouter. Elle ne savait pas sur quoi se basaient tant d'horreurs, et s'en fichait désormais.
Elle subit le reste de ses accusations dans un silence significatif, se concentrant sur sa respiration, les paroles du Khan arrivant avec une sorte de flou auditif et visuel dans son esprit... "c'est toi qui t'es baladée dans mes bras sans ta ptite culotte, me montrant ce qui s'trouve entre tes cuisses et qui a tenté... J'aurais pu te violer... tes caprices tu les fais avec tes parents...
Soudain, c'en fut trop, et Jane se redressa d'un coup, en le braquant de nouveau de ses prunelles bleutées, brillantes de fureur, et peut-être de larmes.

    - J'ai bien compris, déclara-t-elle, avec tout le calme dont elle était capable, pour clore ainsi son argumentation. Tu te trouves tellement plus perspicace que moi, hein ? Je pense que Rose se remettra très bien de ne pas sortir avec Steve, surtout s'il est comme toi. On est trop différents, sans doute, c'est mieux comme ça. Profite bien de tes privilèges auprès de tes conquêtes, gagnés par tant d'efforts de psychologie féminine et de gentillesses.


Il n'y avait pas de discussion possible. Elle l'observa une fraction de seconde avant de se retourner et de s'éloigner, étrangement triste. Si elle avait presque apprécié leurs joutes verbales, elle ne pouvait pas tolérer la méchanceté gratuite et sans fondements.
Elle ne voulait rien lui prouver, elle n'avait pas la force ni l'envie de se battre contre tant d'horreurs. Jamais personne n'avait dit autant de mal à sujet, probablement par hypocrisie, mais aussi, en grande partie, parce qu'elle ne le méritait pas.

    - Laisse tomber, murmura-t-elle en arrivant vers son amie rousse, qui avait guetté avec curiosité et angoisse son échange, et avait bondit à sa rencontre. Je vais aux toilettes, et je rentre.


Qu'elle la suive ou pas, qu'elle soit déçue ou non, ce n'était plus sa priorité actuelle. La jeune femme savait qu'elle ne pourrait plus longtemps contrôler ses larmes, et elle ne voulait pas que quiconque voit qu'elle pleurait après une simple altercation, comme n'importe quelle fille aurait du gérer avec panache. Elle ne comprenait pas vraiment pourquoi elle était si blessée qu'il se soit adressé à elle ainsi, alors qu'il était évident maintenant qu'il le pensait depuis le début... Le dire était autre chose, et Jane en avait été blessée plus que de raison.
Elle dépassa plusieurs clubbeuses qui faisaient la queue, et qui la décrire de jolis noms fleuris également, chose à laquelle il fallait sans doute qu'elle soit habituée à présent. Elle allait dépasser la dernière qui attendait, en prétextant une urgence dans un grommellement proche de la supplique, quand celle-ci la retint d'un bras fort. Elle faisait 3 fois son poids, et son maquillage criard semblait affirmer qu'elle ne laisserait personne lui marcher sur les pieds.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Rumba


Emploi : Tatoueur
Localisation : Sur l'île


MessageSujet: Re: [28 mars] Les entremetteurs - Aaron & Jane Mer 22 Aoû - 19:56



Les entremetteurs


Sans vraiment s'en rendre compte et parce qu'il appréciait leur joute verbale, il venait de créer un malaise chez la jeune femme mais il ne le vit pas de suite. L'accusant sûrement à tort, et surtout parce que c'est ainsi qu'il la voyait, car au fond, il ne la connaissait pas, il ne se rendit pas compte qu'elle avait changé de visage. D'ailleurs, il aurait préféré, il avait même espéré qu'elle se défense de ses accusations, mais elle ne le fit pas. Ce ne fut que lorsqu'elle se leva tout en lui donnant ses dernières paroles qu'il percuta.

Aaron resta silencieux, sa mâchoire se crispant ainsi que ses poings. Il s'en voulait. Pourquoi ? Il ne le savait pas trop mais il venait de la blesser et ce simple fait lui tordait le ventre. Étrange .. car quelques jours plus tôt il lui aurait sorti les mêmes mots mais n'auraient pas ressenti un tel malaise intérieur comme à cet instant.

La regardant partir, il se leva à son tour, regarda Rose qui venait de baisser les yeux, de tristesse aussi et se maudit d'avoir fait souffrir deux jeunes femmes qui ne demandaient que son aide. Après avoir vu dans quelle direction la blonde fut parti, il prit la même direction en donnant des coudes aux gens qui se trouvaient sur son passage. Bien décider et parler à la demoiselle, qu'elle le veuille ou non.

Elle se trouvait au niveau des toilettes, décidément, elle avait une petite vessie, lui rappelant l'accident qu'elle avait subit et ce qu'il c'était passé après. Lorsqu'il la vit bloquée par une jeune femme qui faisait le triple d'elle, il arriva à sa hauteur et prit à son tour la main de celle qui la maintenait tout en lui souriant d'un sourire remplit de charme -C'est bon, elle est avec moi, je l'accompagne. Lui faisant un clin d'oeil, elle lâcha la main de Jane et resta bouche bée, elle venait d'être prise pour un vigile vu son gros gabarit et la stupéfaction la laissa sans voix tandis que Aaron  entrait dans les toilettes avec Jane après la sortie de celle qui était dedans avant.

Il ferma la porte à double tour et se tourna vers Jane -Pardon .. Lui dit-il pour commencer avec sincérité -J'suis un con, j'regrette c'que j't'ai dis, j'ai pas à t'forcer à faire c'que tu veux pas, oublie l'histoire du tatouage et du reste, on laisse tomber cette partie. Et j'ai pas à t'juger, j'te connais pas, j'ai pas à dire des choses comme ça sur toi … Il s'arrêta, cherchant les mots qui pourraient lui faire comprendre qu'il s'en voulait vraiment. Il n'était pas doué dans ce domaine.

Se passant la main sur son crâne dont ses cheveux noirs repoussaient un peu trop par manque de temps pour aller chez le coiffeur, ou parce qu'il n'en avait pas envie, il reprit avant qu'elle ne se décide à partir -J'connais pas ta vie, tu connais pas la mienne, j'me suis basé sur c'que tu m'as dis, sur ton mec qui est à l'université, sur ton père médecin et pour moi c'est ceux qui ont du fric. Mes parents sont d'simples ouvriers, mes sœurs bossaient pour les aider tout c'que tu m'dis c'est des domaines complètements éloignés d'ma vie. Et toi tu m'juge sur mon apparence, tu utilises l'expression qu'avait ma ptite sœur le jour d'sa mort, tu as profané sa mémoire en faisant ça .. Tu m'as blessé bien plus que j'viens d'te blesser. Il serra les dents et retint la colère qui l'envahissait en revoyant le regard de Jane qu'elle avait eut ce jour là et qui l'avait rendu furax

-J'mérite peut-être d'être un con, j'le suis, j'le cache pas, mais faire du mal à une femme c'est pas c'que j'aime faire .. Pardon que tu l'accepte ou non.

Aaron ne resta pas avec elle. Après lui avoir dit tous ça, il quitta les toilettes et au passage, attrapa la main d'une fille qui le regardait avec des yeux de merlans frits. Il retourna avec sa proie dans la grande salle, passa à coté de Rose et lui dit quelques mots à l'oreille. Ensuite, il alla voir Steve, et lui présenta Rose, apparemment le courant avait l'air de bien passer, Steve aimait les rousses et Aaron le savait. D'ailleurs, il parti du club sans chercher à savoir si son groupe avait gagné le prix ce soir. Il quitta l'endroit avec la jeune fille qu'il avait alpaguer, près à passer un moment avec elle, à boire, à fumer, à baiser. Car ce soir, il avait besoin de se défouler sur quelqu'un sans la connaître, sans attache et sans scrupule. Un coup d'un soir qu'il ne regretterait pas et dont il ne se rappellerait sûrement rien le lendemain.


codage par Laxy Dunbar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://havana-ooh-na-na.forumactif.org/t634-khan-aaron-mes-creat

avatar

Hola, Mi nombre es
half of my heart is in Havana

Samba

Emploi : Etudiante


MessageSujet: Re: [28 mars] Les entremetteurs - Aaron & Jane Jeu 23 Aoû - 10:00

Avant même de comprendre comment et pourquoi, Jane se retrouva dans les toilettes, face à Aaron, qui venait de lui en forcer l'entrée en se débarrassant rapidement de tout obstacle. Une première larme coula sur sa joue, impossible à retenir plus longtemps, et d'autres suivirent immédiatement, en silence. L'esprit de la blonde était totalement embrouillé par la peine qu'il lui avait causé, et le trouble que sa proximité dans cet espace clos lui causait toujours... Elle ne pouvait penser à rien d'autre qu'au fait qu'elle voulait qu'il la laisse tranquille, être une enfant pourrie en paix, s'il la croyait ainsi.
Elle étouffa un sanglot, son corps secoué par cette réponse incontrôlable, alors qu'il commençait à parler, et elle se recula contre le mur, comme pour le fuir, apeurée.
Etait-il si cruel à la fin, qu'il allait jusqu'à la poursuivre là, pour la faire souffrir dans le seul espace où elle aurait du pouvoir se protéger de sa présence ?

Mais ce qui vint la surpris tellement qu'elle en resta muette : chose rare et incroyable, qui marquait décidément cette soirée très spéciale. Il s'excusait. La Watson se détendit légèrement, essayant de reprendre une inspiration normale, toujours haletante de pleurs. Elle se fichait de paraitre faible, ou enfantine... Après tout, elle lui avait montré bien pire jusque là, ne lui cachait pratiquement rien de son véritable caractère, ambitieux et étouffant. Elle affichait maintenant un autre visage, tout comme lui.
Malgré eux, ils apprenaient à se connaitre, d'une manière plus violente que celle utilisée par la plupart des gens normaux et aptes à créer des relations sans drames.
Si elle avait eu envie de dire quelque chose, pour sa défense au moins, puisqu'il l'accusait d'avoir joué d'une morte, ce dont elle n'avait jamais été consciente, la Watson n'en eut pas le temps. Aaron avait disparu aussi vite qu'il l'avait suivit jusque là.

Jane resta un instant dans la cabine, à bout de souffle, avant de retrouver une contenance : elle essuya sa peau humide, suffisamment pour enlever toute trace de maquillage, et retrouver complètement son souffle. Quand elle sortit à son tour, elle comprit aux différents regards sur elle que son altercation avec le musicien n'était pas passée inaperçue, et surtout, avait été mal interprétée.
Non, il n'y avait pas eu de make-up sex dans les WC, même si la plupart des filles auraient sans doute envier cette situation. Jane se redressa, et traversa la foule la tête haute, malgré la réputation qu'allait surement lui faire cet entretien involontaire - elle saurait s'en défendre.
Cherchant Rose des yeux, elle réalisa que celle-ci était en pleine conversation avec Steve, et hésita à les interrompre... Finalement, Jane sortit son téléphone, et envoya un court message à son petit ami, qui répondit dans la seconde, sachant mieux faire que de l'ignorer ou tester sa patience. Et pour une fois qu'elle avait besoin de se sentir aimée et lui réclamait ce genre d'attention, il n'allait pas laisser sa chance passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Hola, Mi nombre es
Contenu sponsorisé
half of my heart is in Havana




MessageSujet: Re: [28 mars] Les entremetteurs - Aaron & Jane

Revenir en haut Aller en bas

[28 mars] Les entremetteurs - Aaron & Jane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Interview avec Jane de Mendelssohn : 11 mars 1969
» Faust -Fénelon - Garnier - mars 2010
» tremplin rock'a'guda (demo avt 15 dec et finale 19 mars)
» COPLAND Aaron
» Londres - Top Of The Pops pour la BBC : 30 mars 1967

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Havana, ooh na-na :: 
Little Havana
 :: ღ Cuba Libre :: La Havana rítmica
-